Histoire

Lors du référendum de septembre 1958, la Guinée est le seul pays d'Afrique francophone à rejeter la proposition du général de Gaulle concernant l'intégration des colonies de l'AOF au sein d'une Communauté française, ce qui entraîne une rupture immédiate des relations politiques et économiques avec la France.

L’indépendance est proclamée le 2 octobre 1958 et Ahmed Sékou Touré, en devient le président à 36 ans. La France n’y met aucun obstacle mais retire dans le mois qui suit son armée, ses fonctionnaires et ses crédits. Ce qui se fait rapidement sentir au plan économique.

Sékou Touré cherche à construire une Union Africaine avec Kwame Nkrumah, apôtre du panafricanisme ; La Guinée et le Ghana forment une union avec le Mali. Officiellement non-aligné, le régime s'appuie sur l'Union soviétique sans rejeter l'aide des USA.

Ahmed Sékou Touré vit dans la peur du complot. Le régime devient une dictature, pratiquant une répression violente dont le Camp Boiro reste le symbole.

Après la mort de Touré en 1984, le gouvernement intérimaire est rapidement renversé par Lansana Conté. Sous la pression des bailleurs de fond, il introduit le multipartisme en 1993 et organise des élections. Bien que globalement épargnée par les conflits des pays voisins, la Guinée est confrontée à l'afflux de plusieurs centaines de milliers de réfugiés venus du Libéria et de Sierra Leone.


Le 22 décembre 2008, Lansana Conté décède des suites d'une longue maladie à l'âge de 74 ans. Au cours de la nuit suivante, les proches du régime s'affairent pour organiser l'intérim suivant les procédures prévues par la Constitution mais le 23 décembre 2008 au matin, suite à l'annonce du décès de Lansana Conté, des dignitaires de l'armée annoncent unilatéralement la dissolution du gouvernement ainsi que la suspension de la Constitution, dans un discours à teneur résolument sociale. Le même jour, le capitaine Moussa Dadis Camara est porté à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et devient le troisième président de la République de Guinée.

Le pays connait une période d’instabilité politique jusqu’en 2010 lors de l’élection du président Alpha Condé.

Politique

La Guinée est une République avec comme chef de l'État le président, élu par le peuple pour un mandat de cinq ans. Le Premier ministre est désigné par le chef de l'État.

Le président Alpha Condé a été réélu au premier tour en octobre 2015 en remportant 57.8% des voix. Son plus grand rival était Cellou Dalein Diallo. Les prochaines élections auront lieu en 2020. Le président Alpha Condé n’est plus éligible.

Les dernières élections législatives ont eu lieu en 2013 et les prochaines sont prévues en 2017.

Le gouvernement actuel est composé du Premier Ministre et de 31 membres nommés en janvier 2016.

Parmi les nombreux partis politiques existants, 15 sont représentés dans l’Assemblée Nationale composé de 114 sièges :

Le RPG (Rassemblement du peuple de Guinée-Arc-en-Cie) occupe (53 sièges), le UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) occupe 37 sièges, l’UFF (Union des forces républicaines) occupe10 sièges, l’ UPG (Union pour le progrès de la Guinée) en occupe 2, le PEDN (Parti de l’espoir pour le développement national) en occupe 2, et 10 autres partis ont 1 siège chacun.

Le Premier Ministre est Mamady Youla.

MEMBRES DU  GOUVERNEMENT 2016, publié par la Cellule de Communication du Gouvernement: le 4 janvier 2016 (source : Guinée Presse info) :

1. Ministre d’Etat auprès du Président de la République chargé de la Défense Nationale : Docteur Mohamed Diane

2.     Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Maitre Cheick Sako.

3.     Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile : Maître Abdoul Kabele Camara

4.     Ministre d’Etat, Ministre des Transports : Monsieur Oyé Guilavogui.

5.     Ministre d’Etat, Ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat : Monsieur Thierno Ousmane Diallo

6.     Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation : Général Bouréma Condé

7.     Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger : Madame Makalé Camara

8.     Ministre de l’Economie et des Finances : Madame Malado Kaba

9.     Ministre du Plan et de la Coopération Internationale : Madame Kanny Diallo

10.   Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique : Monsieur Cheick Taliby Sylla

11.   Ministre de l’Agriculture : Madame Jacqueline Marthe Sultan

12.   Ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire : Monsieur Louseny Camara

13.  Ministre des Mines et de la Géologie : Monsieur Abdoulaye Magassouba

14.  Ministre des Travaux Publics : Madame Oumou Camara

15.  Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Porte-

       Parole du Gouvernement/ : Monsieur Albert Damantang Camara

16.  Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administratio : Monsieur                                 

       Sekou Kourouma

17.  Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : Monsieur Abdoulaye Yéro Baldé

18.  Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation : Docteur Ibrahima Kourouma

19.  Ministre de l’Industrie, des PME et de la Promotion du Secteur Privé : Monsieur Boubacar Barry

20.  Ministre du Commerce : Monsieur Marc Yombouno

21.  Ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté : Monsieur Kalifa Gassama Diaby

22.  Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de  l’Enfance : Madame Sanaba Kaba

23. Ministre de la Jeunesse : Monsieur Moustapha Naite

24.  Ministre des Postes, Télécommunications et de l’Economie Numérique : Monsieur Moustapha Mamy Diaby

25.  Ministre de la Santé : Docteur Abdourahmane Diallo

26.  Ministre du Budget : Docteur Mohamed Lamine Doumbouya

27.  Ministre de la Communication : Monsieur Rachid Ndiaye

28 . Ministre des Pêches, de  l’Aquaculture et de l’Economie Maritime : Monsieur André Loua

29.  Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts : Madame Christine Sagno

30.  Ministre de l’Elevage et des Productions Animales : Monsieur Mohamed Tall

31. Ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique : Monsieur Siaka Barry

32. Secrétaire Général du Gouvernement : Monsieur Sekou Kissi Camara

33.  Secrétaire Général des Affaires Religieuses : Elhadj Abdoul Karim Dioubaté.

Retour en haut back to top