Le 25 mars dernier, dans un discours à la nation, le président Uhuru Kenyatta avait annoncé non seulement l’instauration d’un couvre-feu et annoncé une série de mesures pour tenter de protéger l’économie du pays dans le cadre de la crise du Covid-19. Afin de soutenir employés et employeurs, Kenyatta a proposé:

  • L'exemption d’impôt pour les personnes gagnant moins de 24.000 Kes brut par mois (210 euros);
  • La réduction de l’impôt sur le revenu (“Pay-As-You-Earn”) de 30% à 25%;
  • La réduction de l'impôt sur le “Resident Income Tax” (Corporation Tax) de 30% à 25%;
  • La réduction de la taxe sur le chiffre d'affaires de 3% à 1% pour toutes les micro, petites et moyennes entreprises;
  • L’affectation de 10 milliards de Kes (87 millions d’euros) aux personnes âgées, orphelins et autres personnes vulnérables via des transferts en espèces.

Une réduction de la TVA de 16% à 14%, à partir du 1er avril 2020, a également été annoncée. En outre, tous les ministères et départements ont été instruits de payer les factures en attente qui ont été contrôlées (13 milliards de Kes ou 113 millions d’euros min.), dans un délai de trois semaines. Le secteur privé est encouragé à faire de même. Kenya Revenue Authority a été priée de procéder au paiement de toutes les demandes de remboursement de TVA vérifiées endéans les 3 semaines (10 milliards de Kes ou 87 millions d’euros) ou permettre la retenue à la source. Un milliard de Kes (8,7 millions d’euros) a été immédiatement affecté au recrutement d'agents de santé supplémentaires qui participeront à la gestion de la propagation du COVID-19. Enfin, le chef de l’Etat a annoncé une réduction volontaire des salaires des cadres supérieurs de l'Exécutif, … dont une baisse de 80% de son salaire et de celui de son vice-président et une baisse de 30% des salaires de ses ministres.

Quant à la Banque centrale du Kenya, elle a décrété l'abaissement du taux de la banque centrale de 8,25%, à 7,25%; l'abaissement du taux des réserves obligatoires de 5,25%à 4,25%, ce qui devrait fournir 35 milliards de Kes (303 millions d’euros) supplémentaires aux banques commerciales qui pourront ainsi soutenir directement les emprunteurs en difficulté en raison des effets économiques de la pandémie de COVID-19. Elle a aussi décidé de se montrer flexible vis-à-vis des banques en ce qui concerne les exigences de classification des prêts et de provisionnement des prêts qui étaient en vigueur au 2 mars 2020 et dont la période de remboursement a été prolongée ou restructurée en raison de la pandémie.

Lors d’une première réunion consultative organisée pour les professionnels du secteur touristique, le ministère du Tourisme a affirmé que 3 millions de dollars seraient consacrés au redressement du tourisme et que le comité de crise du ministère recevrait 2 millions de dollars pour soutenir l’image du pays à l’étranger.

Rappelons qu’aux problèmes économiques engendrés par la crise Corona s’ajoutent les criquets pèlerins. De manière générale, la situation reste extrêmement alarmante dans la Corne de l’Afrique, essentiellement au Kenya, en Ethiopie et en Somalie, où une reproduction généralisée est en cours et où de nouveaux essaims commencent à se former, représentant une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire.

Retour en haut back to top