La pandémie de coronavirus de 2019-2020 s'est propagée en Cisjordanie le 5 mars 2020, début de l'épidémie de coronavirus de 2020 sur le Territoire Palestinien.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que les cas avaient été détectés pour la première fois dans un hôtel de la région de Bethléem, où un groupe de touristes grecs avait visité l'hôtel fin février. Dans la même journée, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, déclarait  l'état d'urgence et Bethléem était en quarantaine le lendemain matin.

Quant à Gaza, les deux premiers cas ont été diagnostiqués le 21 mars.
A ce jour, il y a 474 cas, dont 4 morts et 71 rétablis (https://www.worldometers.info/coronavirus/country/state-of-palestine /)

Malgré tous les efforts consentis par les autorités sanitaires locales, la capacité du système de santé palestinien à faire face à l'augmentation attendue du nombre de cas demeure toute relative, en particulier dans la bande de Gaza.

L'Autorité palestinienne a toutefois rapidement pris les mesures suivantes : les écoles ont été fermées, les réservations d'hôtel annulées, les rassemblements interdits, les mosquées et les églises fermées, les déplacements entre les villes coupés - et les ressortissants palestiniens sont invités à se confiner.

Le secteur palestinien de la santé est déjà à bout de souffle. En février 2020, avant que les premiers cas ne soient signalés, les médecins de Cisjordanie ont déclenché une grève partielle de deux semaines en raison d'une grave pénurie de personnel, d'équipement et de lits.

Il y a 210 unités de soins intensifs dans tous les hôpitaux palestiniens, dont la moitié sont déjà occupés, a déclaré Mai Keileh, le ministre palestinien de la Santé. En cas d'épidémie plus importante, au moins 800 unités seront nécessaires.

Retour en haut back to top