IMPACT COVID-19

 

1. SITUATION SANITAIRE

SITE JOHNS HOPKINS

La prestigieuse Université américaine JOHNS HOPKINS, spécialisée en médecine et santé publique, met à jour quotidiennement son site Internet afin de diffuser une information précise et actualisée sur l’évolution de l’épidémie. Cette information est disponible pays par pays. Vous la trouverez ici.

Jusqu’ici relativement épargné par la pandémie, le Mozambique a été frappé par une troisième vague de contamination assez préoccupante en juillet 2021. Le nombre de nouveaux cas positifs détectés par jour était proche de 2000 à la fin juillet; ce nombre a déjà été diminué de moitié à la mi-août, et est tombé à une petite centaine à la mi-septembre une réduction significative qui s’explique par une série de mesures strictes imposées en juillet pour contrôler la propagation du virus (voir ci-dessous).  

Depuis le début de la pandémie, on a enregistré quelque 150.000 infections et 1.900 décès (selon les statistiques officielles). Moins de 10 décès par jour sont enregistrés actuellement. 

2. NIVEAU DE CONFINEMENT/DECONFINEMENT

Le 7 septembre 2020, le Mozambique est passé de "l’état d’urgence" à "l’état de calamité publique avec alerte rouge", destiné à se poursuivre indéfiniment, aussi longtemps que le risque de COVID-19 restera élevé dans le pays. Le Mozambique a connu plusieurs vagues de confinement et déconfinement. 

La baisse récente de la courbe des nouvelles infections et des décès a poussé le gouvernement à annoncer le 27 août dernier un assouplissement des mesures de lutte contre la pandémie, tout en maintenant des restrictions importantes. Voici le détail des mesures en cours:

  • Couvre-feu de 22h à 4h du matin.
  • Reprise des cours en présentiel dans les écoles primaires, secondaires et l’enseignement supérieur. Les crèches et classes maternelles restent fermées.
  • Les restaurants doivent fermer à 20hrs ; les magasins à 18hrs. La vente d’alcool est strictement réglementée.
  • Les institutions publiques reprennent leur horaire de base (7h30 à 15h30).
  • La fréquentation des plages reste interdite, sauf pour se promener ou faire du sport. Les casinos sont autorisés à rouvrir. Les cinémas, auditoriums, salles de sport de petite dimension, lieux de culte religieux ou de conférence restent fermés.
  • Les événements et réunions à caractère privé sont interdits (sauf mariages et deuils : max. 20 personnes) pour une nouvelle durée de 30 jours. Les réunions d’institutions publiques ou privées ne peuvent dépasser 25 personnes en local fermé et 50 personnes à l’extérieur – pour autant que le taux de remplissage du lieu ne dépasse pas les 20% de sa capacité totale et que les mesures sanitaires et de distanciation sociale sont respectées. 

Remarque sur la vaccination

En conjonction aux mesures prises pour réduire la propagation du virus, le gouvernement mozambicain a lancé officiellement, le 04 août 2021, la campagne nationale de vaccination massive contre le COVID-19 (campanha de vacinação em massa contra covid-19), au moyen d’une cérémonie officielle en présence du Président Felipe Nyusi. L’objectif ultime de la campagne de vaccination du gouvernement consiste à vacciner 17 millions de Mozambicains de plus de 15 ans d’ici la fin de l’année 2021 (sur une population totale de 30 millions d’habitants).

Mais la campagne de vaccination peine à trouver une certaine vitesse: au 26 août 2021, seulement 657.000 personnes sont complètement vaccinées pour 1.960.000 doses reçues (derniers chiffres OMS). L’objectif du gouvernement est pourtant de vacciner 20% de la population adulte mozambicaine d’ici fin septembre (3,5 millions de personnes, en théorie). Parmi les doses reçues, les dons et achats en provenance de la Chine composent la grande majorité des vaccins. Le gouvernement devrait débourser environ 100 millions USD pour les 11 millions de doses commandées auprès de la firme pharmaceutique Sinopharm.

Mesures de quarantaine 

Il n'y a pas de quarantaine obligatoire pour les voyageurs disposant d’un test PCR négatif. Toute personne testée positive ou en contact avec une personne testée positive au COVID-19 doit s'auto-isoler pendant une période de 14 jours.

Voyages à l’intérieur du pays

  • Les vols domestiques sont réduits;
  • Les liaisons maritimes ne sont pas affectées.

Transport en commun pays/ ville

Les opérations de transport public sont limitées à la capacité officielle du véhicule et tous les passagers doivent utiliser des masques ou des visières.

Par ailleurs, le site Internet du Fonds Monétaire International (FMI) diffuse également des informations régulièrement mises à jour. Vous les trouverez ici: Policy covid-19

3. NIVEAU D’OUVERTURE DU PAYS

Accès au territoire des personnes 

Air

  • Actuellement, les compagnies aériennes suivantes proposent des vols commerciaux sur le Mozambique : LAM (compagnie mozambicaine assurant les vols intérieurs et des vols sur Johannesbourg), Ethiopian, Kenyan, Qatar, TAAG (Angola), Airlink (Afrique du sud) et TAP (Portugal). Air France annonce sa reprise des vols sur Maputo en octobre. South African Airways devrait renaitre de ces cendres avec une flotte limitée et reprendre ses vols sur Maputo à la même période.
  • Les visas sont octroyés normalement. Pour les voyageurs arrivant à des fins touristiques uniquement, les visas sont disponibles à l'arrivée avec la preuve d'un billet de retour et la réservation d’hôtel;
  • Tout voyageur arrivant au Mozambique, y compris les personnes vaccinées, doit présenter un test PCR Covid-19 négatif de moins de 72 heures, à compter de l’heure d’arrivée au pays (Les enfants jusqu'à 11 ans sont exemptés de cette exigence);
  • Quarantaine obligatoire à domicile (ou à l’hôtel) pour une durée de 14 jours pour les passagers ayant été en contact direct avec des cas confirmés de COVID-19 et pour ceux dépistés positifs à leur arrivée.

Route

Les frontières terrestres sont opérationnelles, moyennant respect des règles en matière de tests PCR négatifs.

Des informations additionnelles concernant les mouvements de personnes (de nationalité belge) est également disponible sur le site Internet du Service Public Fédéral Affaires étrangères.

Accès au territoire de marchandises

  • Fret aérien: Nombre limité de compagnies aériennes opérationnelles (principalement des avions de passagers) opérant vers Maputo.  De manière ponctuelle, Ethiopian affrète parfois des avions cargos entre Addis Ababa et Maputo.
  • Fret maritime: Opérationnel, tous les documents (autorisations, etc.) doivent être soumis par voie électronique. Les heures d'ouverture des ports sont passées à 7h-19h avec 50% de personnel.
  • Fret routier: Toutes les frontières à destination/en provenance du Mozambique sont ouvertes et les chauffeurs et passagers sont soumis à un test COVID-19 préalable. Vu que le fret aérien à destination de Maputo est limité, celui en provenance ou à destination de l’Afrique du Sud est le plus souvent transporté par camions. Les frontières fonctionnent normalement avec quelques retards.

4. DECISIONS DU GOUVERNEMENT EN TERMES D’IMPORTATIONS ET/OU D’EXPORTATIONS

Pendant l'état d'urgence, le gouvernement a décidé de suspendre le paiement de la TVA sur les produits pétroliers et hygiéniques, le sucre, le savon et l’huile ainsi que sur l’électricité (consommation à usage domestique) et de prolonger l'exonération des charges résultant du retard dans le paiement des obligations fiscales.

Des informations additionnelles concernant les nouvelles mesures réglementaires consécutives à la crise sanitaire sont également disponibles ici: MacMap

5. MESURES DE SOUTIEN À L’ECONOMIE

Mesures fiscales

Au début de la pandémie, le gouvernement avait demandé aux partenaires de développement du Mozambique (dont le FMI) 700 millions de dollars US pour l’aider à faire face à l'impact économique de la pandémie. Ce paquet fiscal était destiné à financer 1) des exonérations fiscales temporaires et bien ciblées pour soutenir les familles et le secteur de la santé (par exemple: exonérations de TVA et de droits d'importation sur les denrées alimentaires, les médicaments et les équipements médicaux), et 2) des dépenses exceptionnelles plus importantes pour répondre à la crise sanitaire et aux besoins humanitaires, notamment les dépenses accrues pour des biens et services liés à la santé, des subventions aux ménages les plus pauvres ainsi qu'aux micro-entreprises et aux PME. En mai, le gouvernement a prolongé l'exemption de TVA sur le sucre, l'huile végétale et le savon jusqu'à la fin de l'année. Un budget spécial prévoyant notamment des reports de dépenses a été approuvé par l'assemblée générale au début du mois de novembre.

Mesures monétaires

En mars 2020, la banque centrale a annoncé des mesures visant à soutenir les marchés financiers et à encourager une restructuration prudente des prêts en introduisant une ligne de crédit en devises pour les institutions participant au marché interbancaire des changes (FX) d'un montant de 500 millions de dollars, pour une période de neuf mois. En parallèle, la banque centrale a annoncé des mesures visant à faciliter les transactions bancaires et les conditions de liquidité en réduisant les frais et les charges pour les transactions numériques par les banques commerciales, les applications bancaires mobiles  et la monnaie électronique. En avril, la banque centrale a réduit le taux directeur de 150 points de base à 11,25%. Également en avril, elle a introduit l'obligation pour les exportateurs de convertir au moins 30% des recettes en devises en monnaie nationale. En juin, la banque centrale a réduit à nouveau son taux directeur de 100 points de base à 10,25%.

AUTRES INFORMATIONS PERTINENTES SUR L'ECONOMIE

L’année 2020 aura été marquée une amélioration sensible des relations du Mozambique avec le FMI. Les relations entre les deux parties s’étaient tendues à l’extrême à la suite du scandale des "dettes cachées" du pays qui avait éclaté en 2016 et avait entraîné le gel total et concerté de toute aide budgétaire de la part du FMI ainsi que des autres bailleurs de fonds, dont l’UE et la Belgique. Toutefois, l’institution financière internationale a accepté d’octroyer un prêt d’urgence de de 309 millions de dollars en 2020 pour aider le Mozambique à faire face à la pandémie, en soulignant qu’elle constatait des progrès en matière de responsabilité et de transparence. Le Mozambique avait déjà reçu un premier paquet de 118 millions USD d’aide d’urgence au début 2019 pour faire face aux conséquences des cyclones Idai et Kenneth. Ceci augure d’un possible retour du Mozambique à la table des bailleurs de fonds.

Sur une note nettement moins positive, la manne gazière tant attendue semble une nouvelle fois reportée de deux ans au moins, et probablement plus, suite aux effets cumulés de la pandémie et des mouvements insurrectionnels islamiques dans le nord du pays, en particulier l’attaque du 24 mars 2021 dans la région de Palma, à deux ou trois kilomètres à peine de la base de Total. Quelques semaines plus tard, la société française annonçait son retrait et sa décision de dénoncer les contrats en cours avec ses fournisseurs et sous-traitants, évoquant la force majeure. C’est clairement une très mauvaise nouvelle pour le Mozambique.

6. SECTEURS ÉCONOMIQUES QUI POURRAIENT ÉMERGER APRÈS LA CRISE (SECTEURS PORTEURS)

Clairement, ce seront les grands projets dans le secteur gazier qui offriront les plus belles opportunités à nos entreprises dans les années à venir. Les trois plus grand projets africains actuels d’extraction et de liquéfaction de gaz naturel sont en cours ou en négociations avancées, dans l’extrême nord du pays, dans la province de Cabo Delgado, plus particulièrement autour des villes portuaires de Pemba et Palma. Il s‘agit de:

  • Mozambique LNG Project (TOTAL) estimé à 20 milliards de dollars d’investissement;
  • Coral FLNG Project (ENI et ExxonMobil), estimé à 4,7 milliards de dollars d’investissement;
  • Rovuma LNG Project (ExxonMobil, ENI et CNPC), estimé à 30 milliards de dollars d’investissement.

En décembre 2020, la société française TOTAL avait annoncé, dans une campagne de communication  parfaitement orchestrée, son investissement dans le « Mozambique LNG Project » à Palma, grâce à un prêt syndicalisé arrangé par une vingtaine de banques et d’institutions financières internationales, pour un montant de 15 milliards de dollars. Il s’agissait du plus gros investissement privé en Afrique jamais effectué.

Mais comme indiqué plus haut, des attaques brutales ont eu lieu le 26 mars dernier à Palma à quelques encablures du site de Total, entrainant la décision du groupe français de dénoncer tous les contrats en invoquant la force majeure. Dans la pratique Total a envoyé à certains fournisseurs une lettre de suspension de contrat et à d’autres une lettre de fin de contrat. On pense que la société française a, en quelque sorte, profité de l’insurrection pour dénoncer certains contrats qui lui étaient  défavorables (en particulier ceux repris de son prédécesseur Anadarko) et garder une porte ouverte avec les autres sous-contractants. Il a y donc un espoir que Total revienne à Palma, mais cela prendra sans doute entre un et deux ans, en étant optimiste.

Le second projet, celui de « Coral Floating Liquified Natural Gaz (FLNG) » semble continuer d’avancer. Les chantiers navals de Samsung en Corée du sud ont en effet déjà commencé la production de la gigantesque usine flottante qui sera utilisée pour les opérations d’extraction de gaz offshore. La « Final Investment Decision (FID) » pour le troisième projet, le plus important, celui dont ExxonMobil est le principal investisseur, est plus que jamais en attente, suite aux déboires de Total.

Une fois les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 levées, et la sécurisation assurée des sites de production contre les mouvements terroristes, on assistera sans doute à une frénésie de contrats. Les ports de Pemba et de Palma ont besoin d'être considérablement modernisés afin de fournir un soutien logistique aux projets gaziers. Mais les opportunités iront bien au-delà des équipements gaziers et portuaires, elles porteront sur des biens et services de toutes sortes pour transformer les petits villes portuaires de  Pemba et Palma en centres modernes bien organisés.

Le secteur de l’énergie est aussi porteur d’opportunités. Le Mozambique dispose pour le moment d'une infrastructure électrique très faible, concentrée dans les zones urbaines, mais éparse dans les zones rurales.  Sa capacité de transmission limitée s'étend sur toute la longueur du pays, reliant les parties nord et sud du Mozambique en un seul grid. De gros besoins se présenteront dans la production d’énergie et la transmission. Parmi les développements annoncés ou octroyés en 2020, on peut citer les centrales au gaz et à cycle combinés de Pande et Temane, quatre appels d’offres pour des projets d’énergie renouvelables (solaires ou éoliennes) pour un total de 200 millions USD, ainsi que le grand projet hydraulique du barrage de Zambezia (Mpanda Nkuwa hydroelectric dam).

Citons encore le développement du corridor logistique de Nacala, qui comprend de multiples projets industriels et un corridor de transport évalué à des milliards de dollars. Le corridor servira de colonne vertébrale logistique pour le nord du pays, fournissant des services à la fois pour le développement offshore des gisements d'hydrocarbures à Pemba et Palma, ainsi que pour le développement des secteurs agricoles et miniers intérieurs, potentiellement lucratifs, de la région du nord. Citons en particulier la mine de charbon de Moatize exploitée par le Brésilien Vale qui a développé sa propre ligne de chemin de fer jusque Nacala et pourrait la céder ou la partager avec d’autres utilisateurs. Le port de Nacala est considéré comme l'un des meilleurs ports en eau profonde d'Afrique de l'Est. 

7. PERSPECTIVES ECONOMIQUES

Sur le plan économique, le Mozambique était bien parvenu à limiter les dégâts en 2020, dans un contexte très difficile lié à la fois à la pandémie de Covid-19, aux cyclones à répétions (Idai et Kenneth en 2019 et Eloïse au début 2021) et à l’instabilité dans la province de Cabo Delgado, en proie à des mouvements insurrectionnels depuis 2017.

Le Mozambique s’en était tiré en 2020 avec un taux de récession du PIB de 0,5%, selon les estimations du FMI, ce qui tenait presque du miracle. Mais il faut dire que le Mozambique fait partie des six ou sept pays les moins avancés au monde en termes de PIB par tête d’habitant et que dès lors, il lui était assez difficile de tomber beaucoup plus bas … Quoique ! Avec le retrait de Total des projets gaziers, c’est toute l’économie du pays qui tangue. Et les dernières prévisions du  FMI (cf. World Economic Outlook Database), juste avant l’attaque de Palma, ne semblent déjà plus tenir la route. Le FMI tablait sur une reprise de 2,1% en 2021, et ensuite de 4,7% en 2022 et de 8,6% en 2023. Mais ces prévisions très optimistes viennent de voler en éclat.

8. LIENS UTILES

INFORMATIONS SUR LE PAYS

http://www.awex-export.be/fr/marches-et-secteurs/

AIDES AUX ENTREPRISES

https://www.awex-export.be/fr/les-entreprises-wallonnes-et-le-covid19/liste-des-aides-accessibles

VOYAGES PROFESSIONNELS HORS UNION EUROPEENNE, ESPACE SCHENGEN ET ROYAUME-UNI

https://www.info-coronavirus.be/fr/faq/

Ce site mentionne que sont autorisés « Les déplacements à l’étranger dans le cadre d’activités professionnelles, y compris les déplacements domicile/ lieu de travail ».

C’est la police des frontières qui interprète les instructions et qui prend la décision. Pour plus d’information, contactez:

DGA.LPA.BruNat.GC.Immigratie@police.belgium.eu ou BRUNAT.IMMI@police.belgium.eu

  • Call center Ministère fédéral de la Santé: 0800 14 689
  • Guichet entreprises: 1890 du lundi au vendredi de 12h à 17h

COVID-19 TEMPORY MEASURES

https://www.macmap.org/covid19

FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL (FMI)

POLICY RESPONSES

Autres liens utiles

Government portal for information on COVID-19

Mozambique Ministry of Health (Portuguese)

Mozambique Government Portal (Portuguese)

9. CONTACTS UTILES

Nos équipes restent bien entendu à votre disposition pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à les contacter. Elles se feront un plaisir de répondre à vos demandes.

Conseiller économique et commercial

Jean-Pierre MULLER

Embassy of Belgium

Wallonia Brussels Trade Commission (AWEX)

“The Station Offic”e, unit 12

63 Peter Place

Bryanston 2021 (Johannesbourg),  Republic of South Africa

T: +27 (0) 11 463 0378

johannesburg@awex-wallonia.com

Bureau diplomatique belge

Mme Séverine DE POTTER

Cheffe du bureau Diplomatique

Embaixada do Reino da Bélgica| Bureau diplomático Maputo

Avenue Kenneth Kaunda, 762

Maputo, Mozambique

maputo@diplobel.fed.be  

T: +258 21 492029 // 21 492033 // 21 492009

 

Credimundi

Vous souhaitez connaître les risques liés à ce marché tant au niveau économique que politique.

Visitez le site

Chiffres clés

  • 113 Rang d'exportation pour la Belgique 2019
  • 32.16 Population (en millions) 2021
  • 79.67 Taux de change (monnaie locale pour 1€)
  • 1250 PIB par habitant (en 2021)
  • 107 Rang d'exportation en Wallonie 2019

Taux de croissance du PIB (à prix constants)

2014

8,09 %

2015

6,12 %

2016

3,85 %

2017

3,70 %

2018

3,57 %

2019

2,30 %

2020

-4,49 %

2021

0,59 %

Taux de croissance des importations (à prix constants)

2014

11,01 %

2015

-17,36 %

2016

8,00 %

2017

-12,96 %

2018

44,68 %

2019

5,88 %

2020

-6,94 %

2021

18,66 %

Retour en haut back to top