Conjoncture économique
 

À court terme, la politique économique du Panama s'articulera autour des demandes de soutien des manifestants dans le cadre de la crise du coût de la vie qui a été aggravée par la flambée des prix du pétrole et des produits alimentaires à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. En juin 2022, le gouvernement a introduit un prix plafonné pour une durée de trois mois sur les prix de l'essence et du diesel pour le fret routier, les transports publics et les machines agricoles, pour un coût budgétaire de près de 0,2 % du PIB. Toutefois, un soutien supplémentaire est probable à la suite des troubles de juillet  ; le gouvernement a conclu un accord avec les manifestants pour geler universellement les prix de l'essence à 3,25 USD/gallon jusqu'en octobre 2022, pour prolonger les paiements sociaux liés au coronavirus et pour introduire un gel temporaire des prix de 72 produits de base.
À l'avantage du Panama, ses liens commerciaux et d'investissement directs avec la Russie sont minimes avant même que la guerre n'éclate. Cette situation devrait limiter la nécessité d'une intervention du gouvernement pour compenser tout impact économique direct des sanctions contre la Russie. Toutefois, plusieurs défis indirects subsisteront, notamment la perturbation des routes maritimes qui sera exacerbée par la politique du zéro-covid de la Chine et les confinements qui y sont associés.
Au-delà de ces défis immédiats, le gouvernement cherchera à soutenir la croissance à long terme au cours de ses deux dernières années au pouvoir. Ses plans comprennent des investissements dans les hôpitaux, la construction de la ligne 3 du métro de Panama et des améliorations générales des routes. Le plan de relance économique à moyen terme du gouvernement prévoit également des efforts pour attirer davantage d'investissements directs étrangers - il est prévu de créer cinq ports francs supplémentaires - et pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME). Le consensus facilitera l'approbation des politiques visant à renforcer le rôle du Panama en tant que centre logistique et financier, et à promouvoir les IDE, à la fois sous le gouvernement actuel et sans doute  sous le prochain.
Les perspectives de financement seront renforcées par une ligne de précaution et de liquidité de 2,7 milliards de dollars US sur deux ans avec le FMI (signée en janvier 2021) et un bon accès aux marchés obligataires mondiaux, soutenu par l'une des primes de risque les plus faibles de la région. Le FMI soutiendra les réformes visant à améliorer la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, qui sont nécessaires pour que le Groupe d'action financière (GAFI) retire le Panama de sa liste noire.
Le PIB du Panama devrait se remettre complètement de la récession de 2020 en 2022, mais le ralentissement de l'économie mondiale assombrira les perspectives. Les infrastructures, les transports, le tourisme et l'augmentation de la production de la mine de cuivre de Cobre Panamá seront les moteurs de la croissance. Le Panama présente généralement un déficit structurel de la balance courante. Les prix extrêmement élevés du pétrole feront grimper la facture des importations (ainsi que l'inflation), mais cela sera compensé dans une certaine mesure par les importantes recettes d'exportation de cuivre.

Source : Panama One-click Report September 2022 – www.eiu.com

5 nouvelles zones franches au Panama

Le Panama aura cinq nouvelles zones franches correspondant à un investissement de 21,91 millions USD. Elles généreront 3 620 emplois directs et 8 410 emplois indirects, selon le ministre du Commerce et de l’Industrie Ramón Martínez dans son compte @rmartinezdlg. Avec cette stratégie, qui a connu beaucoup de succès dans d’autres pays, le gouvernement espère se remettre de la crise actuelle.

Le Conseil des ministres a approuvé l’exploitation de ces nouvelles zones franches, en vertu de la loi n° 32. Trois des cinq zones franches seront consacrées à l’agro-industrie, les autres se spécialiseront dans le commerce et la logistique. Elles seront établies dans les provinces du Panama, Chiriquí et Herrera et « seront des sources de croissance économique veillant à renforcer l’approvisionnement logistique national, le transfert de connaissances, et l’intégration de nouvelles technologies dans les processus de production, » selon Ramón Martínez.

Les zones franches serviront de catalyseur au PIB national car leurs opérations contribueront à promouvoir les achats auprès des fournisseurs locaux, le paiement d’assurances et les taxes dérivées du formulaire de main-d’œuvre ainsi que le paiement des impôts sur les transactions imposables sur le territoire fiscal local. En ce qui concerne les achats de l’industrie, le ratio actuel est de 93,7 % de la main-d’œuvre locale contre 6,3 % pour la main-d’œuvre étrangère.

La main-d’œuvre, quant à elle, est un défi pour le Panama qui doit renforcer l’offre de main-d’œuvre qualifiée, ce qui l’aidera à être plus compétitif vis-à-vis de pays tels que le Costa Rica. 

Les 5 zones

  1. La Zona Agroindustrial de Panama (zone agro-industrielle du Panama) sera la plus grande zone franche du pays à ce jour et sera située à Pacora. Elle aura pour objectif de soutenir la production agricole commerciale tout au long de l’année, quel qu’en soit le moment, en utilisant 95 % moins d’eau que la production actuelle sur le terrain et en intégrant le concept d’agriculture verticale. Cette zone fonctionnera comme un cluster où les entreprises collaboreront les unes avec les autres sur la production agro-industrielle, y compris en matière de transformation et de fabrication.
  1. La Zone Franche d’Aristos sera construite dans le port de Coquira, à l’embouchure de la rivière Bayano dans le district de Chepo, province de Panama. La zone de libre-échange d'Aristos contribuera à la promotion du secteur agricole et de la pêche dans la région, à la création de 1 050 emplois directs, ainsi qu'à la promotion du nouveau régime spécial pour les entreprises manufacturières multinationales (EMMA). Cette "zone de libre-échange est conforme aux objectifs fixés par le gouvernement national qui souhaite poursuivre "l'engagement d'aider les différents secteurs productifs à placer leurs produits, non seulement sur le marché local mais aussi sur le marché international, et à augmenter les exportations de produits panaméens, en créant des opportunités pour la province de Darien - la jungle qui borde la Colombie - en raison de sa proximité avec cette zone de libre-échange".
  1. Dans la région de Panama Centro, la zone 1 du terminal industriel Juan Diaz sera mise en place et comprendra un centre de stockage de marchandises, d'activités manufacturières et logistiques, qui fournira des "centaines d'emplois" à ce secteur en périphérie de la capitale.
  1. La zone franche de Las Cabras sera construite à Pesé, dans la province de Herrera et sera dédiée aux activités agro-industrielles telles que la transformation des fruits, la production d’engrais organiques et la production de spiritueux haut de gamme, entre autres. Il y aura également la création d'un pôle de chaîne de production, un projet de traitement de la biomasse pour la gestion et le traitement des déchets urbains comme source de production d'énergie".
  1. Pour la province de Chiriquí, la Zona Franca Global Logistic a été approuvée et sera située à Quebrada Grande dans le district de Bugaba, face aux douanes binationales. Cette zone franche abritera des entreprises liées au commerce international et particulièrement avec l'Amérique centrale, et générera plus d’un millier de postes de travail.

Sources :

Panamá creará cinco zonas francas | Financiero Better Business in LatAm (financierolatam.com)

https://embajadadepanamaenfrancia.fr/fr/creation-de-cinq-nouvelles-zones-franches-au-panama/

Pour davantage d’informations, prenez contact avec Cindy PELLEGRINI, Conseillère économique et commerciale pour la Belgique auprès de l’Ambassade de Belgique à Panama City (Tel : +507 302-9504 - panama@awex-wallonia.co).

Accord UE-Amérique centrale 

L’Union européenne et  six pays membres du marché commun centraméricain SICA  (Costa Rica, El Salvador, Honduras, Nicaragua, Guatemala, Panama) ont signé en juin 2012 un Accord d’Association comportant trois piliers : le dialogue politique, la coopération et le commerce. Cet accord est en vigueur depuis octobre 2013, quoique  provisoirement dans l’attente d’une ratification définitive par l’ensemble des partenaires. Dans son volet commercial, il prévoit la suppression des droits de douanes, le démantèlement des barrières non tarifaires et des mesures facilitant le règlement des litiges. 

En savoir +

Echanges commerciaux avec la Wallonie (2021)

Exportations de la Wallonie vers le Panama
Pour l’année 2021, le Panama se positionne au 76ème rang des clients de la Wallonie. C’est notre 10ème marché pour la zone Amériques, juste après la Colombie, le Pérou et l’Equateur et avant la République Dominicaine, le Costa Rica et Cuba.
La Wallonie a exporté vers le Panama pour un montant de 14,83 millions € en 2021, ce qui correspond à 0,03% du montant total des exportations wallonnes.

Evolution récente des exportations wallonnes à destination du Panama (2018-2021)

 

2018

2019

2020

2021

Montants(en millions €)

12,26

12,41

14,29

14,83

Variation

+32,3%

+1,3%

+15,2%

+3,8%

Les exportations wallonnes à destination du Panama ont en enregistré une augmentation constante entre 2018 et 2021.
La part de la Wallonie dans les exportations belges à destination du Panama est de 12,94% en 2021.

Ventilation des exportations wallonnes à destination du Panama en 2021

Section

Montant

Part

Variation

Chimie & pharmacie

9,25 millions €

62,4%

-7,2%

Produits alimentaires, boissons

3,67 millions €

24,7%

+51,7%

Matières plastiques

0,53 million €

3,5%

-21,9%

Machines et équipements

0,39 million €

2,6%

-38,3%

Animaux et produits du règne animal

0,38 million €

2,6%

+169,2%

Ces 5 secteurs représentent l’essentiel des exportations de la Wallonie vers le Panama (95,8%) avec une prédominance des secteurs de la chimie et des produits alimentaires (87,1%).

Importations en provenance du Panama
En 2021, le Panama se positionne au 106ème rang des pays fournisseurs de la Wallonie. C’est notre 19ème fournisseur pour la zone Amériques, après le Guyana, le Paraguay et le Honduras et devant la Bolivie, la Jamaïque et El Salvador. La part de ce pays dans le total des exportations wallonnes est inférieure à 0,00%.

Evolution récente des importations wallonnes originaires du Panama (2018-2021)

 

2018

2019

2020

2021

Montants (en millions €)

0,01

0,16

0,00

0,06

Variation

-92,4%

+1.399,1%

-98,9%

+3.275,6%

Au cours de cette période 2018-2021, les importations wallonnes de produits en provenance du Panama ont atteint des montants peu significatifs, même si elles ont été multipliées par 6.

Ventilation des importations wallonnes en provenance du Panama en 2021

Section

Montant

Part

Variation

Machines et équipements

0,03 million €

51,4%

+2.941,1%

Produits alimentaires

0,02 million €

35,7%

+234.660,1%

Instruments d’optique et de précision

0,01 million €

12,9%

+1.388,9%

 Balance commerciale de la Wallonie avec la Bolivie

 

2018

2019

2020

2021

Montants (en millions €)

0,07

2,66

2,33

0,99

La Balance commerciale de la Wallonie avec le Panama est traditionnellement positive au cours de cette période.

Retour en haut back to top