Situation économique

"Source Ubifrance"

 

L’Indonésie est considérée aujourd’hui comme l’une des grandes puissances économiques émergentes qui, par son statut de membre du G20 et sa stabilité politique retrouvée depuis 2004, en fait l’un des partenaires principaux d’Asie. Classée depuis 2012 dans la catégorie « Investment Grade » par deux des trois principales agences de notation et avec le lancement du « Masterplan 2011-2025 pour l’accélération du développement économique », prévoyant un investissement de 470 Mds USD d’ici 2025, l’Indonésie confirme ses ambitions : le gouvernement aspire à faire du pays l’une des dix premières économies mondiales d’ici une quinzaine d’années (multiplication par 6,5 du PIB, et par 5 du PIB/habitant).

 

L'Indonésie se développe rapidement et est considérée comme un pays à revenu moyen inférieur . Elle est la plus grande économie de l'Asie du Sud-Est mais fait aussi partie de l' ASEAN qui va devenir un marché unique en 2015. L'Indonésie offre beaucoup de possibilités sur le plan économique avec d'énormes besoins en matière d'infrastructure et ce en raison de la population croissante actuellement 250 millions de personnes avec un nombre de pus en plus important de personne ayant un revenu/habitant moyen ou élevé. D'autre part, il faut noter que c'est un vaste marché difficile avec beaucoup de paperasserie et de la bureaucratie. Plus récemment, depuis 2014, deux nouvelles lois sont entrées en vigueur concernant  le droit commercial et le droit de l'industrie et ce dans une optique de plus en plus nationaliste face aux imortations et exportations. avec comme impact direct le renforcement des obstacles à l'importation de marchandises en Indonésie. Le plus récent rapport de la Banque mondiale indique que, en termes de facilité de faire des affaires 2014 l'Indonésie se classe 120e sur 189 pays et même 175e en termes de création d'une entreprise , recul encore 4 places par rapport à l'année dernière .

Seulement très peu d'entreprises indonésiennes sont actives à l'échelle internationale , bien que plusieurs grands conglomérats (agricoles) existent . Si elles sont actives à l'échelle internationale , la plupart d'entre eux sont actifs en Asie du Sud-Est , très peu sont actifs en Europe , même si la plupart ont des comptes offshore ou des avoirs à Hong Kong, Singapour et les îles Caïmans

 

A noter que selon l’OCDE, le rythme de croissance de l’Indonésie entre 2014 et 2018 devrait atteindre les 6%, et faire de l’Archipel l’économie la plus dynamique des grands pays de l’ASEAN. Un tel rythme de croissance dans une économie mondiale ralentie suppose une montée en puissance de l’investissement et notamment des dépenses d’infrastructures. L’amélioration des secteurs ‘transports’ et ‘énergie’ est indispensable pour atteindre un développement homogène, tout comme la formation et l’éducation des personnes, nécessaire à la remontée de la chaîne de valeurs.

"Source Expert comptable international"

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole contribue à environ 15% du PIB du pays et emploie près de 40% de la population active. L'Indonésie est l'un des plus grands producteurs mondiaux de caoutchouc. Les autres principales récoltes étant le riz, la canne à sucre, le café, le thé, le tabac, l'huile de palme, la noix de coco et les épices. L'Indonésie est le seul pays asiatique à être membre de l'OPEP dont elle assure 5% de la production. Toutefois, c'est toujours un importateur net de pétrole. Le pays dispose de grands terrains forestiers exploitables et exporte principalement du bois.

Les industries contribuent à environ la moitié du PIB. Le secteur industriel inclut la fabrication des textiles, le ciment, les engrais chimiques, les produits électroniques, les pneus en caoutchouc, les vêtements et chaussures (dont la plupart est destiné aux marchés américains). Le traitement du bois est aussi une activité importante. 

Le secteur tertiaire (institutions financières, transports, communications) contribue à plus du tiers du PIB. Le secteur bancaire est bien développé. La banque islamique 
Syaria s'est développée rapidement ces dernières années.

 Le tourisme est une source importante de revenus mais le secteur souffre de la menace terroriste et des catastrophes naturelles.

"Source Expert comptable international"

Politique fiscale et économique du pays

 "Source Ubifrance"
 
Le principal défi pour l’Indonésie réside dans le déboursement de son budget, trop souvent ralenti par les lourdeurs administratives, la multiplication des contrôles pour lutter contre la corruption ou la complexité engendrée par les transferts budgétaires vers les provinces.
 
Faute d’investissements suffisants (tant publics que privés), pendant les dix années qui ont suivi la crise asiatique de 1997, les infrastructures du pays se sont fortement dégradées. Le gouvernement actuel a lancé de grands projets en 2011 afin de moderniser le pays. Ces projets sont détaillés dans un document intitulé
"Masterplan, acceleration and expansion of Indonesia economic developpment" établi en 2010. Ce plan a pour ambition de développer 22 secteurs de pointe en Indonésie à l’horizon 2025. Il s’agit également d’une feuille de route pour le développement de 6 corridors économiques sur le sol indonésien.
 
Les corridors économiques identifiés, au nombre de six, sont les suivants :
 
- Java : industrie et services.
- Sumatra : énergie, transformation des ressources naturelles.
- Kalimantan (Bornéo) : énergie et industrie minière.
- Papouasie et Moluques : mines, énergie, agriculture.
- Sulawesi (Célèbes) : agriculture, plantations, pêche, énergie.
- Bali et Nusa Tenggara (îles de la Sonde) : tourisme et agroalimentaire.

"Source Ubifrance"  

Création d'entreprises/Formes légales

La Perseroan Terbatas (PT), Société de droit local à responsabilité limitée

- Nombre de partenaires et d'associés : minimum deux actionnaires.
- Capital minimum et/ou maximum : 50 millions IDR minimum.
- Responsabilité des associés : Responsabilité limitée au montant des apports.

Société publique à responsabilité limitée

- Nombre de partenaires et d'associés : minimum deux actionnaires.
- Capital minimum et/ou maximum : 50 millions IDR minimum.
- Responsabilité des associés : Responsabilité limitée au montant des apports.

Partenariat

- Nombre de partenaires et d'associés : minimum deux actionnaires
- Capital minimum et/ou maximum : Pas de limite
- Responsabilité des associés : Responsabilité illimitée
 

"Source Expert comptable international"

Retour en haut back to top