Conjoncture économique

Après une contraction du PIB réel estimée à 36,2 % en 2019 (et une contraction cumulée de près de 70 % depuis 2013), les analystes prévoient une nouvelle baisse de 25,4 %, en 2020. Cette contraction suivra la forte diminution des prix du brut et reflètera les effets négatifs des mesures de quarantaine prises par le gouvernement, qui - même si elles n’ont été que partiellement suivies - affaibliront la demande intérieure. La faiblesse extrême des prix du pétrole entravera la production, mais surtout, elle touchera indirectement l'économie non pétrolière par le biais des pénuries de carburant, des déficiences des services publics, de la rareté des biens et d'une hyperinflation revigorée.

Le récent effondrement des prix du pétrole exercera une pression importante sur le Venezuela pour qu'il réduise sa production de brut. Le seuil de rentabilité moyen du pays est d'environ 15 à 20 USD par baril. Les sanctions américaines augmentent les risques liés aux relations avec le Venezuela, forçant le pays à offrir une forte réduction sur les prix de son pétrole brut. Cela signifie qu'au prix actuel du marché, le Venezuela vend son pétrole à perte (son panier de pétrole a atteint 13,8 USD le baril fin mars 2020). Bien que le pays cherche à produire le plus de pétrole possible, les circonstances actuelles conduiront inévitablement à une réduction de la production. Selon l’OPEP, la production de pétrole devrait passer de 760 000 barils/jour en février 2020 à 620 000 b/j en moyenne en 2020. Selon les analystes d’EIU, la production moyenne pourrait chuter jusqu'à 500 000 b/j au cours des prochains mois.

 

Source: Country Report April 2020 - www.eiu.com © - Economist Intelligence Unit Limited 2020 - traduction libre de l’AWEX à la date du 26 mai 2020

 

Retour en haut back to top