Conjoncture économique

L’économie du Venezuela dépend largement de la production et des exportations de pétrole. Bien que le pays possède les plus grandes réserves de pétrole au monde, l'économie est en état d'effondrement.
Après une contraction du PIB estimée à 31 % en 2020, on s’attend à une nouvelle baisse de 14 % du PIB en 2021. Ainsi, le PIB se sera contracté de près de quatre cinquièmes depuis son pic de 2013. Les perspectives à court terme du secteur pétrolier se sont nettement dégradées à la lumière de la baisse attendue de la demande de la Chine, principal marché d'exportation du Venezuela. En théorie, le gouvernement pourrait détourner la production excédentaire vers l'économie nationale, mais les raffineries publiques n'ont pas la capacité de traitement nécessaire pour traiter des volumes aussi importants de brut. Par conséquent, au fur et à mesure que les goulets d'étranglement des exportations apparaissent, Petróleos de Venezuela SA (abrégé en PDVSA), la compagnie pétrolière appartenant à l'État vénézuélien n'aura guère d'autre choix que de réduire la production de ses principales installations, compte tenu de ses finances en difficulté. Ces perturbations devraient être temporaires et la demande extérieure devrait augmenter à nouveau progressivement, au fur et à mesure que PDVSA et ses partenaires commerciaux trouveront des moyens de contourner les sanctions américaines et les taxes chinoises.
Pour sa part, l'économie non pétrolière ne devrait guère s’améliorer, d'autant que la pandémie non maîtrisée limite les perspectives des activités de services. À moyen terme, cependant, de modestes avancées devraient se faire jour, en supposant que la poursuite de la dollarisation engendre une relative stabilité macroéconomique. Néanmoins, le PIB du Venezuela (en termes réels) ne devrait représenter qu'environ la moitié de son niveau de 2018, même en 2025.

Source : Venezuela Country Report July 2021 www.eiu.com © Economist Intelligence Unit Limited 2021 (ala)

Retour en haut back to top