IMPACT COVID-19

PAYS : CHINE19 juin 2020

L’Asie a été le premier continent à être touché par le Covid-19,
 nos différents postes de la zone vous ont préparé des notes reprenant la situation sanitaire, les décisions gouvernementales en termes d’importation/exportation, les perspectives à court et moyen termes et les liens utiles.

1.Situation sanitaire


Il est pour le moment interdit aux étrangers d’entrer sur le territoire chinois. Les Ambassades de Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas, en coopération avec la Chambre de Commerce du Benelux, explorent les possibilités de retour en Chine pour les employé.e.s d’entreprises du Benelux (et leurs familles). Les entreprises intéressées peuvent le faire savoir via ce lien (qui contient également des informations détaillées) : https://benchambeijing.eventbank.cn/event/call-to-belgian-dutch-and-luxembourgish-companies-in-mainland-china-27023/  
Des places sont disponibles sur des vols spéciaux entre Francfort et Qingdao, à partir du 1er juillet 2020. Plus d’informations et inscription: https://benchambeijing.eventbank.cn/event/27023/invitation/35737
Situation à Pékin :
tous les vols internationaux à destination de Pékin sont déviés vers les aéroports de 12 autres villes, où les passagers sont testés avant de réembarquer (si le résultat du test est négatif) vers la capitale. Ils sont ensuite soumis à 14 jours de quarantaine
Suite à la découverte à la mi-juin d’un nouveau foyer de coronavirus à Pékin, le niveau de risque de la capitale a été augmenté, conduisant à de nouvelles mesures restrictives. La plupart des magasins, des attractions touristiques et des restaurants sont cependant restés ouverts, avec capacité et horaires réduits ainsi que respect des règles de distanciation sociale. Les écoles ont refermé leurs portes et les universités demeurent fermées. Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics quand la distanciation sociale minimale ne peut pas être respectée.
Seuls les voyages essentiels hors de Pékin sont autorisés, à condition de pouvoir présenter le résultat d’un test réalisé moins de 7 jours avant le départ et d’habiter dans un quartier « low risk ». Les transports en commun à destination et en provenance de Pékin (avion, train, bus) sont gravement perturbés. De nombreuses régions imposent une quarantaine minimale de 14 jours à tous les voyageurs en provenance de Pékin. 
Toute personne venant d’une zone « medium or high risk » sera soumise à une quarantaine de 14 jours lors du retour à Pékin. Elle devra également se soumettre à un test. Les voyageurs en provenance de zones « low risk » peuvent en principe se rendre à Pékin.
Situation à Shanghai
Toutes les provinces de notre juridiction (Shanghai, Jiangsu, Zhejiang, Anhui, Henan, Hubei) ont été rouvertes, y compris celle du Hubei, centre de l’épidémie. Les gens peuvent circuler. Toutes les écoles ont rouvert leur porte et les mesures très strictes (contrôles renforcés, prise de température 3x par jour, nettoyage complet 2x par jour, séparation des élèves) s’assouplissent partiellement. Par exemple, certaines écoles n’imposent plus le port du masque. Bien que les détails de mesures prises par chaque province ne soient pas tout à fait pareils, les règles à suivre sont similaires. 
Les personnes qui arrivent de l’étranger doivent accepter les tests PCR + une quarantaine de 14 jours. Les frontières de Chine sont fermées aux étrangers depuis plus de 4 semaines et donc cette règle ne vise plus que les retours de Chinois au pays (principalement des étudiants du Royaume-Uni et des USA).
Les visas et les cartes de résidence délivrées avant le 28 mars ne sont plus valables pour entrer en Chine, y compris avec un permis de travail. 
Le premier vol de retour d’étrangers, à Shanghai, a atterri cette semaine en provenance d’Allemagne. Un vol de France est aussi planifié. Pour l’instant, le Benelux n’a pas obtenu ce privilège pour ses ressortissants mais des contacts sont en cours via l’Ambassade et la Benelux Chamber of commerce. Chaque personne, entrant sur le territoire ou voyageant d’une province à l’autre, doit télécharger une appli de santé, QR code de couleur (vert, orange et rouge) à montrer pour l’hôpital, les clubs de sport, le métro et certains restaurants. A Shanghai, il devient rare les endroits où on nous demande le code vert mais cela peut varier d’un quartier à l’autre.
Tout le monde doit, en principe, porter son masque dans les lieux publics, en particulier à l’intérieur, dans les salles de réunion, les supermarchés, etc. A Shanghai, de plus en plus de personne ne porte plus le masque ou le laisse pendre sur le cou.
En conclusion, la circulation de la population retourne presque à son niveau normal mais de manière prudente avec un certain relâchement des contrôles jours après jours.
Situation dans le Sud de la Chine
Les provinces du Sud sont toutes rouvertes. La circulation y est cependant encore limitée et contrôlée.
Tous les trajets inter-villes sont soumis à une demande d’autorisation et sont contrôlés par l’attribution de QR codes spécifiques. Tous les moyens de transport sont concernés.
Le port du masque n’est plus obligatoire en rue mais force est de constater que la population reste prudente et continue à les porter. Il reste fortement recommandé dans les commerces et les transports en commun.
Pour le transport aérien, la règle des 5-1 pénalise fortement les villes du Sud. En effet, les rares compagnies aériennes étrangères qui sont autorisées à effectuer des rotations ont presque toutes choisi Shanghai comme hub. Pour l’instant seule la compagnie China Southern vole au départ de Canton.
La France et l’Allemagne viennent d’informer les autorités chinoises que si leurs compagnies aériennes (Air France et Lufthansa), ne peuvent pas s’affranchir progressivement de la règle 5-1, la réciprocité s’appliquera aux compagnies chinoises. Une telle décision signifierait l’arrêt complet des vols (peu probable cependant).
Les écoles ont enfin rouvert leurs portes. Les mesures de contrôle semblent s’assouplir à l’entrée de celles-ci. En revanche, le port du masque reste obligatoire dans les écoles.
Les universités quant à elles sont fermées jusqu’à la prochaine rentrée.
Il existe un fort rejet des étrangers dans la ville de Guangzhou mais il semble que ce sentiment s’estompe peu à peu. 
Pratiquement tous les restaurants étrangers ont rouvert leurs portes.
Les autorités essayent d’atténuer le phénomène en placardant des messages un peu partout.
2. Décisions gouvernementales en termes d’importation/exportation
Le gouvernement encourage les exportations. Les seules restrictions concernent les équipements médicaux. Depuis le 1er avril, les exportateurs de produits médicaux, notamment les kits de test, les masques, les combinaisons de protection, les respirateurs et les thermomètres infrarouges doivent fournir une attestation d’enregistrement à la NMPA (National Medical Products Administration). Le document doit contenir une déclaration selon laquelle les produits ont été officiellement enregistrés en Chine et répondent aux normes de contrôle de qualité des destinations d’exportation respectives. 
En outre, depuis le 10 avril, une vérification supplémentaire de la qualité du matériel exporté est réalisée par les douanes chinoises, ce qui ralentit les procédures d’exportation.
Les autorités ont également mis en place une série de mesures afin de minimiser l’impact de la crise sur les entreprises et les commerces. Les banques ont été encouragées à différer les échéances des prêts. Des mesures ont été prises pour encourager la préservation de l’emploi : report des charges professionnelles, crédit d’impôts, etc.
Ces mesures s’appliquent aussi aux entreprises étrangères présentes sur le territoire.
Certaines supply chains sont encore déficitaires. Il est donc opportun de suivre les directives spécifiques pilotées par les autorités. Certains types de produits bénéficient de cadres privilégiés temporaires.Le gouvernement cambodgien a interdit l’exportation du riz et du poisson afin d’assurer un minimum de sécurité alimentaire. 
3. Perspectives à court et moyen termes
La reprise est en route en Chine et le taux d’activité est aujourd’hui estimé à environ 80%. Cette reprise est cependant fortement freinée par la chute de la demande mondiale. Les usines chinoises qui dépendent des exportations doivent en outre faire face à des interruptions de leurs lignes logistiques, tandis que les restrictions de voyage les privent d’une partie de leurs employés. La consommation intérieure a également baissé, d’une part suite à une baisse du revenu des ménages en raison des périodes de chômage ; d’autre part du fait des contraintes très strictes pour entrer dans les restaurants, les magasins et les transports. 
Le PIB chinois a dès lors reculé de 6,8 % en rythme annuel au 1er trimestre, après une croissance de 6% au quatrième trimestre 2019. Le chômage a lui grimpé à plus de 6%, une statistique jugée sous-estimée par de nombreux observateurs.
La reprise est cependant effective dans tous les secteurs d’activité. La Chine est le premier pays à sortir du confinement, et son immense marché continuera à moyen terme à offrir des opportunités intéressantes pour les entreprises wallonnes. Le déclin moins important qu'attendu (-1.1%) de la production industrielle en mars, suggère que les efforts des autorités pour faire redémarrer l'économie après sa paralysie en février portent leurs fruits.
Le E-commerce a fortement consolidé sa position dans le retail portant à 40% sa part de marché en mars 2020. Même si ce chiffre va tendre à se rétracter en raison de la reprise du retail conventionnel, il apparaît toujours comme le vecteur commercial le plus prometteur en Chine.
Certaines opportunités sont à prévoir car plusieurs pays, plus durement touchés par la crise, ne seront pas en mesure de répondre à leurs engagements et privilégieront sans doute leurs marchés internes ou des marchés plus accessibles.
En ce qui concerne les salons et autres événements commerciaux, il y a fort à parier que la majorité de ceux-ci seront sensiblement affectés par la crise et ce jusqu’à la fin de l’année.
De nombreuses annulations et autres reports sont à craindre. Une tendance se profile cependant, l’organisation de salons virtuels. Pour exemple, la célèbre foire de Canton inaugurera une version virtuelle du 15 au 24 juin de cette année. Les détails portant sur le fonctionnement seront disponibles sous peu.
Il s’agit donc d’une opportunité intéressante pour les entreprises wallonnes de participer, à moindre frais, à des salons en Chine et surtout, des événements sur lesquels l’AWEX n’avait pas prévu de collectivités.
4. En savoir plus : liens vers d’autres sites
https://diplomatie.belgium.be/fr/Services/voyager_a_letranger/conseils_par_destination/chine
https://gmcc.alibabadoctor.com/
http://www.chinacdc.cn/en/COVID19/
http://topic.media.gov.cn/topicdata/en/2020/index.html
https://www.europeanchamber.com.cn/en/home
https://www.china-briefing.com
https://www.fmprc.gov.cn/mfa_eng/wjbxw/t1761867.shtml
https://macmap.org/en/covid19

 

Credimundi

Vous souhaitez connaîtres les risques liés à ce marché tant au niveau économiqu que politique.
Visitez le site

Chiffres clés

  • 7 Rang d'exportation pour la Belgique 2018
  • 1 Population (en millions) 2019
  • 7.9 Taux de change (monnaie locale pour 1€)
  • 19 PIB par habitant (en 2019)
  • 13 Rang d'exportation en Wallonie 2018
Retour en haut back to top