Généralités

Données économiques en 2014

Principaux indicateurs économiques par pays Indicateurs*

Chine

PIB

10 239,9 USD

Déficit public en % du PIB

1,5 % (2013)

Dette publique en % du PIB

56,2 % (2013)

PIB par habitant

7 486,4 USD

Taux de croissance

7,4 %

Taux d’inflation

2 %

Taux de chômage

4,1 % (taux urbain officiel)

Situation économique et financière du pays

Depuis 1978, l’économie chinoise s’est développée à un rythme annuel moyen proche de 10 %. Tirée par des investissements intensifs et orientée vers l’exportation, l’économie chinoise a bénéficié d’une ouverture croissante sur le monde et des réformes structurelles visant à faire transiter le pays vers l’économie de marché. Pour des résultats impressionants:

  • Premier exportateur et deuxième puissance économique au monde, la Chine pourrait ravir aux États-Unis sa place de première économie mondiale à l’horizon 2030.
  • La Chine représente aujourd’hui 12,2 % du PIB mondial, contre 1 % en 1976, tandis que sa contribution à la croissance mondiale est estimée à 27,8 % en 2013.

Cette croissance a permis de tirer plusieurs millions de foyers de la pauvreté, faisant émerger une classe moyenne qui pourrait représenter entre 250 et 400 M d’individus en 2020. Mais elle a aussi généré des conséquences préoccupantes, parmi lesquelles:

  • Dégradation de l’environnement: la pollution provoquerait la mort prématurée de 300 000 (d’après l’Organisation mondiale de la santé) à 750 000 (selon la Banque mondiale) personnes par an.

Inégalités: le coefficient GINI officiel (et probablement sous-estimé) a atteint 0,474 en 2012, bien au-delà du seuil critique de 0,4.

En 2014, la Chine a néanmoins enregistré un taux de croissance de 7,4 %, son niveau le plus bas depuis 1990 (3,8 %), au lendemain de Tiananmen. Le ralentissement – continu depuis 2010 – n’a rendu que plus urgent le rééquilibrage de l’économie chinoise décidé en 2006. Par l’intermédiaire du Premier ministre de l’époque (M. Wen Jiabao), le gouvernement avait alors qualifié le modèle du pays de "déséquilibré et insoutenable", prélude à plusieurs réformes structurelles importantes engagées l’année suivante à l’occasion de la mise en oeuvre du XIe plan quinquennal, et poursuivies avec le XIIe (2011-2015):

  • d’une croissance intensive en investissement et tournée vers l’exportation, la Chine en appelle désormais à la consommation interne;
  • un processus de montée en gamme de l’économie chinoise a également été amorcé, dont le gouvernement souhaite qu’elle s’éloigne de la production de biens à faible valeur ajoutée.

Fiscalité des entreprises

Les entreprises sont soumises à un impôt sur les bénéfices au taux de 25 %. Cette règle souffre néanmoins plusieurs exceptions: les "petits contribuables" sont imposées à hauteur de 20 %; les entreprises dites "de haute technologie" à 15 %. Des avantages peuvent par ailleurs être concédés en fonction du lieu d’implantation de la société notamment. La fiscalité indirecte est scindée entre TVA (son taux commun est fixé à 17 % et le taux réduit à 13 %) et la taxe sur l’activité (dont le taux varie entre 3 et 20 %); d’autres taxes, surtaxes et droits de timbres sont par ailleurs applicables au cours de la vie sociale de l’entreprise.

Accords politiques, juridiques et multilatéraux

La montée en puissance de la Chine sur la scène internationale a nourri les controverses entre partisans de la théorie de la "menace chinoise" et ceux de son "émergence pacifique" (和平崛起). Mettant fin à la diplomatie révolutionnaire des années 1950 et 1960, l’entrée de la République populaire de Chine au Conseil de sécurité des Nations Unies, en 1971, a, en tout état de cause, inauguré une phase de normalisation, qui s’est conclue avec l’accession du pays à l’OMC, en décembre 2001. Commerce extérieur

Importations en 2014 : 1 963,1 Mds USD (+ 0,7 %)

Exportations en 2014 : 2 343,2 Mds USD (+ 6%)

Excédent en 2014 : 380,1 Mds USD ( 2013 : 259,7 Mds USD)

État des lieux du commerce extérieur en 2014

En 2014, le commerce extérieur de la Chine a augmenté de 3,4 % en glissement annuel, bien en-deçà de l’objectif de 7,5 % fixé par les autorités. Cela suffit toutefois à maintenir la Chine comme première puissance commerciale mondiale, devant les États-Unis. Cumulées, les importations et exportations chinoises ont effectivement atteint 4 306,3 Mds USD en 2014, contre 3 847,9 Mds USD pour les États-Unis.

"Source Ubifrance"

Retour en haut back to top