Election

La Commission électorale indépendante (CEI) a annoncé, mardi 3 novembre 2020, la victoire du président ivoirien, Alassane Ouattara, pour un troisième mandat consécutif. La constitutionnalité de ce mandat a été contestée par l’opposition mais aucune réelle instabilité de longue durée n’a été enregistrée.

La Côte d’Ivoire a organisé des élections législatives le 6 mars 2021 remportées par le RHDP (coalition au pouvoir). Le scrutin a été jugé largement inclusif avec la participation des principales formations politiques d’opposition du pays, dont le PDCI de l’ancien président Henri Konan Bédié, et la coalition du FPI soutenant Laurent Gbagbo, qui ont tous deux boycotté la présidentielle d’octobre 2020.

Principaux partis politiques

  • Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) est une alliance crée en 2018, qui comprend le Rassemblement Des Républicains (RDR) du Président Ouattara, l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d'Ivoire (UDPCI) et d’autres plus petits partis;
  • Le Parti Démocratique de Côte d'Ivoire / Le Rassemblement Démocratique Africain (PDCIRDA—connu comme PDCI) – présidé par Henri Konan Bédié;
  • Le Front Populaire Ivoirien (FPI) – présidé par Laurent Gbagbo;
  • Le Parti Ivoirien des Travailleurs (PIT);
  • L’Union Démocratique et Citoyenne (UDCY);
  • Liberté et Démocratie pour la République (LIDER).

Gouvernement nommé le 06 avril 2021

  • PRESIDENT: ALASSANE OUATTARA
  • ABDOURAHMANE CISSE, SECRETAIRE GENERAL DE LA PRESIDENCE
  • PATRICK JEROME ACHI, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT
  • MME KANDIA KAMISSOKO CAMARA, MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES DE L’INTÉGRATION AFRICAINE ET DE LA DIASPORA
  • M. TENE BIRAHIMA OUATTARA, MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE LA DÉFENSE,
  • M. KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI, MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’AGRICULTURE
  • M. SANSAN KAMBILE, GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE
  • Gal. VAGONDO DIOMANDE, MINISTRE DE L’INTÉRIEUR ET DE LA SÉCURITÉ
  • M. ALAIN RICHARD DONWAHI, MINISTRE DES EAUX ET FORÊTS
  • MME NIALE KABA, MINISTRE DU PLAN ET DU DÉVELOPPEMENT
  • M. AMADOU KONE, MINISTRE DES TRANSPORTS
  • M. ADAMA COULIBALY, MINISTRE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES
  • MME ANNE DESIREE OULOTO, MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION
  • M. BRUNO NABAGNE KONE, MINISTRE DE LA CONSTRUCTION, DU LOGEMENT ET DE L'URBANISME
  • M. MOUSSA SANOGO, MINISTRE DU BUDGET ET DU PORTEFEUILLE DE L’ETAT
  • M. LAURENT TCHAGBA, MINISTRE DE L’HYDRAULIQUE
  • M. AMÉDÉ KOFFI KOUAKOU, MINISTRE DE L’EQUIPEMENT ET DE L’ENTRETIEN ROUTIER
  • MME MARIATOU KONE, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ALPHABÉTISATION
  • M.BERTIN KOUADIO KONAN
  • MINISTRE DE LA RÉCONCILIATION ET DE LA COHÉSION NATIONALE
  • M. SOULEYMANE DIARRASSOUBA, MINISTRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE
  • M. PAULIN CLAUDE DANHO, MINISTRE DE LA PROMOTION DES SPORTS ET DU DÉVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE SPORTIVE
  • M. AMADOU COULIBALY, MINISTRE DE LA COMMUNICATION , DES MÉDIAS ET DE LA RANCOPHONIE, PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT
  • M. MAMADOU TOURE
  • MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA JEUNESSE , DE L’INSERTION PROFESSIONNELLE ET DU SERVICE CIVIQUE, PORTE-PAROLE ADJOINT DU GOUVERNEMENT
  • M. EMMANUEL ESMEL ESSIS, MINISTRE DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVÉ
  • M. FELIX ANOBLE, MINISTRE DE LA PROMOTION DES PME, DE L’ARTISANAT ET DE LA TRANSFORMATION DU SECTEUR INFORMEL
  • M. SIDI TIEMOKO TOURE, MINISTRE DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES
  • M. SIANDOU FOFANA, MINISTRE DU TOURISME ET DES LOISIRS
  • M. EPIPHANE ZORO BI BALLO, MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE, DU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
  • M. ROGER FELIX ADOM, MINISTRE DE L’ECONOMIE NUMÉRIQUE, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET DE L’INNOVATION
  • M. ADAMA DIAWARA, MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
  • M. DIMBA PIERRE, MINISTRE DE LA SANTÉ, DE L’HYGIÈNE PUBLIQUE ET DE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE
  • M. THOMAS CAMARA, MINISTRE DES MINES, DU PÉTROLE ET DE L’ENERGIE
  • M. BOUAKE FOFANA, MINISTRE DE L’ASSAINISSEMENT ET DE LA SALUBRITÉ
  • MME MYSS BELMONDE DOGO, MINISTRE DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ
  • M. ADAMA KAMARA, MINISTRE DE L’EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE
  • Mme. NASSENEBA TOURE, MINISTRE DE LA FEMME, DE LA FAMILLE ET DE L’ENFANT
  • M. KOFFI N’GUESSAN, MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L’APPRENTISSAGE
  • Mme. ARLETTE BADOU N’GUESSAN KOUAME, MINISTRE DE LA CULTURE ET DE L’INDUSTRIE DES ARTS ET DU SPECTACLE
  • M. ALCIDE DJEDJE, MINISTRE DÉLÉGUÉ AUPRÈS DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES DE L’INTÉGRATION AFRICAINE ET DE LA DIASPORA, CHARGÉ DE L’INTÉGRATION AFRICAINE

Source: http://www.gouv.ci/Main.php

Perspectives

La stabilité politique du pays a affiché quelques signes de fragilité à l’approche des élections présidentielles de 2020:

  • Suite aux élections législatives établissant un nouveau gouvernement en mars 2021 (auquel ont participé tous les partis politiques), le pays semble avoir éloigné les craintes relatives à un retour de l’instabilité politique qui s’étaient manifestées en novembre-décembre 2020 pendant et après les élections présidentielles;
  • En effet, la décision du Président Alassane Ouattara de se présenter pour un troisième mandat, en principe interdit par la Constitution de 2016, avait donné lieu à d’âpres discussions, non seulement avec les forces politiques internes à la Côte d’Ivoire (qui avaient boycotté alors les élections présidentielles et lancé un appel à la ‘désobéissance civile’) mais aussi avec la communauté internationale;
  • En réponse au sentiment généralisé que les dividendes de la robuste croissance économique des dernières années n’ont pas été perçues par la population, le gouvernement a proposé en ce début 2021 un troisième Programme National de Développement (PND 2021-2025). Celui-ci reste dans la continuité des deux précédents, qui visaient à accélérer la transformation structurelle de l’économie et à investir massivement dans les infrastructures économiques (transport, portuaire, énergie, etc.). Cependant, celui-ci met un accent plus prononcé sur le développement inclusif, en promouvant le développement du capital humain et les infrastructures sociales (santé, eau, éducation, etc.).

Pouvoir judiciaire

L’organisation judiciaire ivoirienne reste encore influencée par le droit français. Le pouvoir judiciaire est exercé par des juridictions de premier et de second degré, sous le contrôle de la Cour Suprême. Le Conseil Constitutionnel forme, avec la Haute Cour de Justice, des juridictions spéciales.

Politique extérieure

  • L’UE est le 1er fournisseur de la Côte d’Ivoire, son 1er client et le principal investisseur direct étranger du pays. Parmi les pays membres de l’UE, la France est le plus important partenaire de la Côte d’Ivoire et conserve un lien de coopération et de développement très fort, notamment grâce la conversion de la dette ivoirienne envers la France en « C2D » (contrat de désendettement et de développement), mécanisme qui permet à la France de financer des projets de développement en Côte d’Ivoire qui profitent à des entreprises françaises.
  • Depuis janvier 2019, l’UE et la CI ont enfin mis en œuvre l’Accord de Partenariat Economique (APEi), qui entérine le principe de réciprocité dans les facilités accordées aux deux parties pour accéder à leurs marchés respectifs. Deux vagues de démantèlement tarifaires (01/2019 et 01/2021) permettent désormais l’entrée de plus de 2,300 lignes de produits originaires de l’UE en Côte d’ivoire libres de droits de douane. Trois autres vagues prévues en 2024, 2026 et 2029 donneront lieu à un abattement quasi-total des barrières tarifaires sur les échanges commerciaux entre les deux parties. De plus, l’APEi fournit un cadre juridique de discussion pour tout ce qui concerne les relations commerciales entre l’UE et la Côte d’Ivoire.
  • La Côte d’Ivoire fait partie de la Communauté Economique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), une organisation intergouvernementale ouest-africaine créée le 28 mai 1975 qui compte 15 Etats membres. Son objectif, à terme, est la création d’une union économique et monétaire.
  • La Côte d’Ivoire fait aussi partie de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) qui est une zone monétaire regroupant huit pays d'Afrique de l'Ouest, tous membres de la CEDEAO : Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Ces pays jouissent d’une monnaie unique, le Franc de la Communauté Financière Africaine (FCFA – XOF, pour le distinguer du XAF, le FCFA d’Afrique Centrale), indexé à l’euro et garanti par le trésor français, ce qui leur octroie une stabilité monétaire appréciée des investisseurs étrangers. Le FCFA a été très légèrement modifié en 2019 (élimination de certains symboles et mécanismes aux relents de néocolonialisme) mais reste soumis à des pressions pour une transformation plus radicale. Un passage à une monnaie unique (l’Eco), pour tous les pays de la CEDEAO, libre de tout lien controversé avec la France, est prévu mais bute sur des oppositions de principe entre le bloc UEMOA et les autres poids lourds de la CEDEAO (principalement, le Nigéria et le Ghana).
  • La Côte d’Ivoire est membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) qui est une institution dont les membres (des États ou gouvernements participants) ont en commun la langue française et certaines valeurs (notamment : la diversité culturelle, la paix, la gouvernance démocratique, la consolidation de l'état de droit, la protection de l'environnement). Selon son site web, en décembre 2014, elle regroupe 80 États ou gouvernements (54 membres de plein droit, dont la Côte d’Ivoire).
  • Depuis le 8 septembre 2014, la Banque Africaine de Développement est officiellement de retour en Côte d'Ivoire après avoir passé 11 ans à son siège temporaire de Tunis.

Pouvoir exécutif

Le Premier Ministre ivoirien , Amadou Gon Coulibaly, est décédé le 8 juillet 2020, à  Abidjan, après avoir regagné son pays le 2 juillet suite à deux mois de convalescence à Paris. Âgé de 61 ans, Amadou Gon Coulibaly était le candidat du RHDP (coalition au pouvoir), à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

C’est suite à son décès que le président ivoirien Alassane Ouattara a déclaré se représenter aux prochaines élections prévues le 31 octobre 2020 pour un 3ème mandat (controversé).

Le successeur d’Amadou Gon Coulibaly, Hamed Bakayoko, est lui aussi décédé quelques mois à peine après sa nomination. Le Président Ouattara a donc nommé Patrick Achi comme Premier Ministre en mars 2021 pour le remplacer.

Le premier ministre poursuit le dialogue politique dans un but de réconciliation nationale, avec notamment les partis des anciens présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Retour en haut back to top