Conjoncture économique

 

Points forts :

  • Appartenance à la Zone EURO depuis le 1er janvier 2015 et à l’OCDE depuis 2018.
  • Comptes publics et extérieurs solides et sains.
  • Système bancaire dominé par 3 établissements scandinaves.
  • Zone de transit entre UE et Russie / Enclave de Kaliningrad.
  • Diversification de l’approvisionnement énergétique (terminal gazier de Klaïpeda, potentiel en gaz de schiste, liaisons électriques avec la Pologne et la Suède).
  • Positionnement géographique favorable avec un territoire deux fois supérieur à celui de la Belgique, elle est le plus grand pays des trois Etats baltes.
  • Secteur FinTech en plein essor

 

Grandes tendances du marché : 

-          Ease of doing business: 11ème sur 190 pays (Banque Mondiale, 2019),la Belgique est 46ème.

-          PIB par habitant: 17419€ (Belgique 41450€)

-          Prévisions de croissance économique: 4,1% (FMI, 2021)

 

La reprise après une récession relativement modeste :

Les perspectives économiques pour 2021 sont caractérisées par la reprise qui fait suite à la récession induite par la pandémie de COVID-19 en 2020.

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé la Lituanie au printemps, le gouvernement a réagi rapidement en imposant un confinement national de six semaines, au cours duquel tous les commerces et services non essentiels ont été fermés et la vie publique s’est arrêtée.

Ces mesures ont permis de contenir le nombre de cas de COVID-19 dans une zone très modeste.

Une deuxième vague, qui a débuté au début de l'automne 2020, s'est révélée bien plus importante et a entraîné un nouveau confinement à partir d’octobre 2020 jusqu‘au début de 2021 au moins, encore une fois avec des restrictions sévères (par exemple, des magasins fermés).

Même si les mesures restrictives en Lituanie ont été similaires à celles d'autres pays européens au printemps 2020 (par exemple l’Allemagne), les dommages économiques ont été nettement moins importants.

Au cours du premier semestre 2020, le PIB n'a baissé que de 1,2 % par rapport à la même période en 2019, ce qui constitue le deuxième meilleur résultat de l'UE après l'Irlande.

Une forte production de l'importante industrie alimentaire et de produits pharmaceutiques a contribué à stabiliser la croissance économique.

Après une reprise économique dynamique durant l’été 2020 et un nouveau recul de l’activité économique fin 2020, du fait du second confinement, la croissance du PIB en 2021 devrait être positive, mais modérée.

Elle dépendra de l'évolution de la pandémie, de la campagne de vaccination, ainsi que des performances économiques des principales destinations des exportations : la Russie, la Pologne et la Lettonie (qui représentent 31 % des exportations).

La consommation privée devrait rester l‘un des principaux moteurs de la croissance économique puisque le taux de chômage redescendra lentement de ses sommets connus en 2020 pour atteindre des niveaux plus bas mais toujours élevés en 2021.

La croissance des salaires devrait donc être plus faible en 2021 (environ 3,3 % après 6,5 % en 2020).

Elle devrait probablement aussi bénéficier des stimuli fiscaux déjà décidés en 2020 et qui se concentrent principalement sur les investissements.

En 2020, le gouvernement a alloué un budget supplémentaire de 3,5 milliards d'euros (7 % du PIB) pour soutenir le secteur de la santé et subventionner les salaires.

En outre, les systèmes de garantie ont été étendus (1,3 milliard d’euros, soit 2,6 % du PIB) et un fonds de soutien aux entreprises a été mis en place (1 milliard d'euros, soit 2,1 % du PIB).

Outre ces mesures, un plan d'investissement de 6,3 milliards d'euros (13 % du PIB) a été voté (2,2 milliards d’euros supplémentaires) pour investir par exemple dans les infrastructures et la numérisation jusqu'à la fin de 2021.

Un soutien supplémentaire viendra de la BCE, qui a prolongé ses achats d'actifs de 500 milliards d’euros jusqu‘à 1 850 milliards d'euros, afin de disposer de suffisamment de liquidités pour acheter des actifs de manière inchangée jusqu’à la fin mars 2022.

 

La dette publique et l’excédent des comptes courants atteignent des niveaux record : 

Après quatre années consécutives d’excédents, le budget public est devenu fortement déficitaire en 2020.

Les mesures d'investissement supplémentaires en 2021 entraîneront un nouveau déficit important (comparable en taille au déficit de 2010).

La dette publique augmentera donc pour atteindre près de 50 % du PIB, un record dans l'histoire de la Lituanie.

L’ excédent des comptes courants a étonnamment atteint un niveau record en 2020.

Le déficit structurel de la balance commerciale des biens a sensiblement diminué, les importations ayant baissé plus fortement que les exportations, tandis que la balance des services est restée excédentaire et que le déficit structurel de la balance des revenus (par exemple les revenus du capital) a diminué.

En 2021, le déficit de la balance commerciale devrait à nouveau augmenter quelque peu avec une plus forte reprise de la demande intérieure, mais l’excédent de la balance courante restera probablement relativement élevé. 

Les principaux partenaires de la Lituanie en terme d’exportations sont : Russie (14 %), Lettonie (10 %), Pologne (8 %), Allemagne (8 %), Estonie (5 %). 

Les principaux partenaires de la Lituanie en terme d’importations sont : Russie (15 %), Pologne (12 %), Allemagne (12 %), Lettonie (7 %), Pays-Bas (5 %).

 

Retour en haut back to top