Conjoncture économique

Lacrise profonde que traverse le Pérou et  qui a débuté avec l'éviction de l'ancien président, Martín Vizcarra (2018-2020), s'est terminée avec la nomination de Francisco Sagasti du Partido Morado (centriste) comme nouveau président intérimaire en novembre 2020. M. Sagasti cherchera à maintenir le statu quo, mais son programme sera contrecarré par intermittence par un Congrès militant qui a adopté un certain nombre de lois populistes.

Le Pérou a été l'un des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus, avec l'un des taux de mortalité les plus élevés au monde et une contraction économique record en 2020. Bien que les économistes s’attendent à ce que l'économie retrouve les niveaux d'avant la pandémie d'ici 2022, les cicatrices de la récession se traduiront par un taux de chômage élevé au cours des prochaines années. Quelle que soit la nature du gouvernement élu en avril 2021, la demande d'augmentation des dépenses publiques sera élevée. Les demandes de réformes devraient  aussi se renforcer et augmenter l'incertitude quant à la continuité des politiques économiques péruviennes jusqu'ici orthodoxes.

Malgré une contraction du PIB estimée à 12 % en 2020, les analystes prévoient un rebond de l'économie de 9,6 % en 2021. Les principaux facteurs de cette reprise en 2021 sont les investissements importants des secteurs privé et public, l'augmentation substantielle des exportations due à la hausse des volumes et des prix, et l'amélioration continue de la confiance des entreprises. Parmi les risques à la baisse qui pèsent sur les prévisions figurent une nouvelle vague de cas de Covid-19, l'élection d'un président populiste lors des élections et la vulnérabilité du Pérou aux chocs économiques extérieurs.

Les perspectives économiques à moyen terme du Pérou sont renforcées par ses solides fondamentaux macroéconomiques et son cadre économique favorable au marché. Du côté des dépenses, la consommation privée devrait retrouver les niveaux d'avant la pandémie d'ici 2022, mais augmenter plus lentement que le reste de l'économie entre 2022 et 2025. Les principaux moteurs de la croissance seront l'investissement privé et le secteur extérieur, car la reprise de la croissance mondiale augmentera la demande d'exportations péruviennes de produits de base, notamment de produits miniers. Du côté de l'offre, même si l'économie restera dominée par le secteur minier, les principaux gains de productivité proviendront du secteur agro-industriel, qui a connu une croissance rapide ces dernières années. Le secteur manufacturier continuera à être confronté à des contraintes liées à la concurrence extérieure, aux fluctuations de la demande mondiale et au manque de main-d'œuvre qualifiée. Après une forte contraction en 2020, le secteur des services devraient se redresser d'ici 2022, grâce à la relance du tourisme post-pandémie et à l'augmentation du crédit intérieur qui soutiendra la demande intérieure.

Mise à jour du 25 janvier 2020 (ala)

Source: Country Report January 2021 www.eiu.com © Economist Intelligence Unit Limited 2021

 

Accord de libre-échange UE – Colombie/Pérou/Equateur

En juin 2012, les relations économiques entre le Pérou et l'UE ont fait un pas de géant avec la signature d'un accord commercial ambitieux et complet, qui a ouvert leurs marchés dans une zone de libre-échange, favorisant ainsi le commerce et les investissements. L'accord, qui a également été signé avec la Colombie et, ultérieurement, avec l'Équateur, est en vigueur au Pérou depuis le 1er mars 2013. Il a donné une forte impulsion aux relations économiques entre les partenaires commerciaux, dont les principales industries exportatrices ont bénéficié de la suppression des droits de douane

Pourquoi l'accord commercial avec le Pérou est-il important pour les entreprises européennes ?

Accords de libre-échange et traités internationaux

Le Pérou est membre de nombreuses organisations internationales. Il est membre de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation), une organisation intergouvernementale qui a pour but de consolider la croissance et la prospérité des pays du Pacifique. Il fait partie de la CAN (Comunidad Andina de Naciones) qui est composée également de la Bolivie, de la Colombie et de l’Équateur.

Il est également membre de l’ALADI (Asociación Latinoamericana de Integración), une association qui projette de mettre en place un marché commun comparable à l’Union européenne. Il est aussi associé au MERCOSUR (Mercado Común del Sur) depuis 2003.

Le Pérou a passé beaucoup d’accords commerciaux avec des nations étrangères. Ainsi, des traités de libre-échange ont été conclus avec les États-Unis, le Canada et la Chine.

Un traité de libre-échange prévu avec le Japon devrait entrer rapidement en vigueur. D’autre part, les négociations avec le Mexique sont sur le point de se finaliser et les pourparlers avec la Corée du Sud sont également en cours.

Les investisseurs étrangers sont protégés par rapport à l’expropriation, la violence politique et d’autres risques non commerciaux grâces à certaines conventions multilatérales. 

De plus, le Pérou a adhéré à la CIADI (Convención Internacional de Arreglo de Controversias Internacionales) afin de résoudre les litiges qui pourraient survenir entre les investisseurs étrangers et le Gouvernement. Au total, le Pérou a conclu 33 accords internationaux relatifs aux investissements dont un avec la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg.

Echanges commerciaux avec la Wallonie (2019)

1. Exportations de la Wallonie à destination du Pérou
Le Pérou occupe le 69ième rang dans le classement mondial des clients de la Wallonie. Sur le continent américain, le Pérou se trouve en 8ième position derrière les Etats-Unis (1), le Canada (2), le Brésil (3), la Colombie (4), le Mexique (5), l’Argentine (6), le Chili (7) et devançant l’Equateur (9) et le Panama (10).  
Son poids dans le total mondial des exportations wallonnes s’élève à 0,04%.  
En 2019, les exportations wallonnes vers le Pérou se sont élevées à 21,78 millions d’euros, ce qui représente une hausse de 18,5% par rapport à 2018.
 

Secteurs des exportations wallonnes vers le Pérou  


 

Variation
2016/2015 : +27,2%
2017/2016 :+17,5%
2018/2017 : -27,6%
2019/2018 : +18,5%

2. Importations de la Wallonie en provenance du Pérou 
Le Pérou occupe le 83ième rang dans le classement mondial des fournisseurs de la Wallonie. 
Si nous prenons en compte uniquement les fournisseurs de la Wallonie sur le continent américain, le Pérou se trouve en 12ième position derrière les Etats-Unis (1), le Mexique (2), le Canada (3), le Brésil (4), le Venezuela (5), le Honduras (6), l’Equateur (7), le Nicaragua (8), l’Argentine (9), le Chili (10) et la Colombie (11).  
Son poids dans le total mondial des importations wallonnes représente moins de 0,01%.  
En 2019, les importations wallonnes en provenance du Pérou se sont élevées à 0,97 million euros, ce qui représente une baisse de 14,9% par rapport à l’année 2018.

Secteurs des importations de la Wallonie depuis le Pérou

 

Variation
2016/2015 : +1,2%
2017/2016 : -23,8%
2018/2017 : -17,2%
2019/2018 : -14,9%

La balance commerciale s’élève à 20,81 millions euros en faveur de la Wallonie.

 

Retour en haut back to top