Le pouvoir exécutif

Le président de la République, chef de l'Etat, joue le rôle d'arbitre et de modérateur du fonctionnement des institutions dans un régime parlementaire moderne.
 
Il est élu pour sept ans par l'ensemble du Parlement italien, augmenté de trois représentants par région autonome (un seul pour le Val d’Aoste). Il nomme le président du Conseil, ratifie les traités, promulgue les lois, convoque et dissout les Chambres du Parlement.  Il nomme, sur proposition du président du Conseil, les membres du Gouvernement. Ses actes sont soumis au contreseing obligatoire du président du Conseil et des ministres compétents.
 
Le Président du Conseil, nommé par le président de la République, dirige et coordonne la politique générale du gouvernement et en est responsable. Son mandat est de cinq ans.

Le pouvoir législatif

Le Parlement se compose de deux assemblées : la Chambre des Députés et le Sénat. Elles exercent, toutes deux dans les mêmes conditions (bicamérisme parfait), la fonction législative et une fonction de contrôle sur le gouvernement et sur l’Administration publique.

La Chambre des Députés comprend 630 membres et le Sénat 315, auxquels s’ajoutent sept sénateurs à vie (notamment les anciens présidents de la République). La durée du mandat parlementaire est de cinq ans. Le scrutin est de type proportionnel avec un seuil minimum de voix pour accéder à un siège et une prime de majorité.

Liens :
http://www.parlamento.it/
http://www.camera.it/
http://www.parlamento.it/senato.htm

Les pouvoirs régionaux

La Constitution italienne consacre l'autonomie des collectivités territoriales, et notamment des régions. Toutes ne jouissent pas cependant du même degré d'autonomie, les unes bénéficiant d'un statut spécial à valeur constitutionnelle, tandis que les autres sont soumises à un statut ordinaire de rang législatif. Les cinq régions à statut spécial sont : le Val d'Aoste, la Sicile, la Sardaigne, le Trentin-Haut-Adige et le Frioul-Vénétie-Julienne.
 
La distinction subsiste aujourd'hui entre régions à statut spécial et régions à statut ordinaire, mais tend à s'estomper au profit d'une singularisation croissante de chaque région.

Le paysage politique italien actuel

Le paysage politique de l’Italie n’est pas facile à saisir: les petits partis politiques y sont extrêmement nombreux, on compte pas moins de 25 partis, sans compter les partis régionaux.  Les fusions et scissions sont extrêmement fréquentes.

La plupart des partis actuels sont également très jeunes, aucun des cinq principaux partis politiques italiens n’ayant été fondé avant 1990.

On peut grossièrement identifier trois coalitions :

Centre-gauche :
- Partito Democratico (PD)
- Sinistra Ecologia e Libertà (SEL)
Centre-droit :
- Forza Italia (FI)
- Nuovo Centro Destra (NCD)
- Lega Nord
Centre :
- Scelta Civica per l'Italia
- Per l'Italia

Le Mouvement 5 Etoiles (M5S), un parti politique anti-establishment et eurosceptique, a gagné en importance depuis l'élection de son candidat comme maire de Rome en 2016.

Le Gouvernement actuel

Suite aux élections générales de mars 2018, les partis Mouvement 5 Etoiles et Ligue du Nord ont trouvé un terrain d'entente en mai pour former un gouvernement de coalition, dirigé par Giuseppe Conte.

Président : Sergio Mattarella (depuis février 2015).

Premier ministre : Giuseppe CONTE (depuis le 22 Mai 2018) - proche du M5S.

Vice-président du Conseil et Ministre de l’Intérieur : Matteo SALVINI – Ligue du Nord.

Vice-président du Conseil et Ministre du Développement économique, du Travail et des Politiques sociales : Luigi DI MAIO -  Mouvement 5 Etoiles.

Résultats des élections générales :

Mouvement 5 étoiles (M5S) : 32,4%
Parti Démocratique (PD) : 18,8%
Ligue du Nord : 17,6%
Forza Italia (FI) : 14%
Fratelli d'Italia (FdI) : 4,35%
Libres et Egaux (LeU) : 3,4%

Les prochaines élections :

Elections générales : au plus tard le 28 mai 2023

Election présidentielle : 2022

 
Retour en haut back to top