L’East African Community (EAC) est une organisation intergouvernementale regroupant 6 pays (Kenya, Ouganda, Tanzanie, Rwanda, Soudan du Sud et Burundi), une vaste zone associant développement économique et stabilité politique. Les prévisions font état d’une croissance économique supérieure à 5 %  par an.

Première économie de l’EAC, le Kenya est souvent qualifié d’East African Hub of Trade & Finance, hub régional avec un centre logistique de premier ordre (rôle de plateforme routière, maritime, aéroportuaire et financière) pour l’ensemble de la zone.

Ce pays ne manque pas d’atouts : rôle-pivot dans la communauté d’Afrique de l’Est, son agriculture diversifiée, ses performances en télécommunications et services financiers, un secteur privé développé, dynamique et mature, ses infrastructures en transformation, sa capitale qui abrite le siège d’organismes internationaux et d’ONG, et enfin son accès à la mer. En raison de son histoire, le Kenya bénéficie d’un secteur privé développé, dynamique et mature. Les entreprises intéressées pourront s’appuyer sur des partenaires kenyans performants et expérimentés.

Pays important donc pour l’économie belge et wallonne en particulier, 6 secteurs assurent essentiellement la richesse du Kenya:

  • Le secteur agricole, stratégique pour le Kenya.  Ce secteur connait une évolution notable et s’éloigne du modèle d’agriculture familiale pour se rapprocher de l’agro-industrie.  La transformation progressive de ce secteur crée des opportunités dans le secteur des équipements agricoles (neufs & de seconde main) et dans l’agro-industrie.  Le pays est aussi connu pour sa production de fleurs, de haricots, de thé et de café ;
  • Le secteur des services, la tertiairisation de l'économie kenyane, les innovations dans le segment du paiement électronique et le « leapfrogging » offrent des opportunités d'affaires pour les entreprises TIC ;
  • L’énergie, secteur prioritaire pour le gouvernement qui entend accroître sensiblement la capacité de production d’électricité de +5 GW d’ici fin 2020 (capacité production actuelle de 2,7 GW).  Cet objectif ne sera vraisemblablement pas atteint mais de nombreux projets de centrales thermiques et d’énergies renouvelables (géothermie, éolien, solaire, mini-hydro…) sont néanmoins déjà engagés ;
  • L’urbanisation et l'environnement font l'objet d'investissements importants dans le domaine de l'eau, de l'épuration, des déchets et des transports urbains ;
  • Les télécommunications, avec 21 millions de la population qui utilise le paiement mobile, le Kenya est leader mondial en transactions via smartphone. La ville de Nairobi dispose de plusieurs incubateurs qui regroupent des start-ups qui peuvent être des relais ou partenaires de leurs homologues belges au Kenya et dans l'Est de l'Afrique ;
  • La construction L'industrie du bâtiment au Kenya et plus particulièrement en Afrique de l’Est, est à la recherche de solutions globales pour répondre aux réels besoins locaux dans le domaine de la construction. Ce secteur connaît une très forte croissance depuis 2016. Le Plan Gouvernemental « Vision 2030 » prévoit l'augmentation de logements (250.000) ainsi que de nombreux projets d'infrastructures au cœur du Kenya, tels la construction de zones industrielles, d’infrastructures dans les zones urbaines défavorisées, la modernisation d’hôpitaux,... De même que des projets phares en cours, et à venir, incluant entre autre la construction de grands centres commerciaux, de parcs technologiques (Konza Techno City), de quartiers résidentiels sécurisés (Tatu City),…   BIG 5 CONSTRUCT EAST AFRICA est la principale foire commerciale et plate-forme d’affaires du secteur de la construction en Afrique de l’Est.  Pour son édition 2019, ce salon devrait accueillir quelques 200 entreprises exposantes, dont un pavillon belge, et des milliers de visiteurs. Cet événement international a pour but de réunir en l’espace de 3 jours les professionnels de l’industrie de la construction et de mettre en avant les principaux décideurs de ce vaste marché prometteur.
Retour en haut back to top