Après le recul de 5,3% connu en 2020 provoqué par la crise sanitaire mondiale, les exportations wallonnes se sont redressées en 2021 en enregistrant une croissance robuste de 13,5%. Cette progression à deux chiffres de notre commerce extérieur représente la plus forte augmentation annuelle depuis 2010 (+13,0%). Ce rebond permet à nos exportations d’atteindre en 2021 un montant de 53,4 milliards €, ce qui est un record absolu et la première fois que la barre des 50 milliards € est franchie.

Suite à un début d’année toujours difficile où nos exportations s’affichaient encore légèrement en repli au 1er trimestre 2021 (-1,6%), celles-ci ont repris avec force une trajectoire de croissance au 2ème trimestre 2021 (+13,9%) qui s’est nettement accélérée au troisième trimestre (+25,9%) et quatrième trimestre (+18,1%).

Cette incontestable amélioration de nos échanges extérieurs traduit l’optimisme des entreprises wallonnes dans le sillage de la reprise de l’économie mondiale qui s’est manifestée au premier semestre 2021. Ce regain de confiance dans les perspectives de croissance des marchés internationaux s’exprime au travers du rebond continu de leurs carnets de commandes à l’exportation en 2021. En effet, ceux-ci se sont positionnés en 2021 clairement au-dessus de leur tendance de long terme après avoir plongé à un creux historique au deuxième trimestre 2020.

Le redressement de nos exportations en 2021 est pleinement en phase avec le redémarrage de la production et du commerce à l’échelle européenne et internationale. Selon les estimations du FMI, malgré les incertitudes liées en fin d’année à la résurgence des contaminations et au rythme de la vaccination, l’économie mondiale a enregistré une croissance de 5,9% en 2021 après avoir connu sa plus sévère contraction (-3,1%) en 2020 depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans la plupart des pays de l’OCDE, la production a dépassé fin 2021 son niveau de début 2020 et converge vers une trajectoire d’avant la pandémie.

De façon générale, l’économie mondiale a montré une résilience plus forte qu’attendu face à la pandémie. Cela s’explique par plusieurs facteurs :

  • Le succès des campagnes de vaccination qui a entraîné une amélioration significative de la situation sanitaire, ce qui a rendu possible une large réouverture des activités de production et de consommation depuis le printemps.
  • Les politiques monétaires et budgétaires mises en œuvre par de nombreux gouvernements ont été d’une ampleur et couverture bien supérieures aux mesures prises pour répondre à la crise financière de 2008-2009. Ces mesures économiques sans précédent adoptées par les pouvoirs publics ont permis de préserver le tissu économique, le pouvoir d’achat des ménages, l’activité des entreprises et le niveau d’emploi dans la plupart des économies avancées et dans certaines économies émergentes.
  • L'innovation et l'adaptation dont ont fait preuve les entreprises et les ménages ont empêché un recul plus grave de l'activité économique. Les chaînes d'approvisionnement des produits manufacturés ont pu recommencer à fonctionner, et de nombreuses personnes sont passées au télétravail, ce qui a créé des revenus et de la demande.
  • L’adaptation à la vie en temps de pandémie a permis à l’économie mondiale d’afficher de bons résultats malgré une mobilité globalement très réduite, ce qui a provoqué un rebond plus rapide que prévu dans toutes les régions.
Retour en haut back to top