Conjoncture économique

 

Le Chili fait preuve d'une politique prudente et de solides fondamentaux macroéconomiques. Le pays est le premier producteur et exportateur mondial de cuivre et un important producteur de lithium.
Le programme économique du président M. Boric vise à accroître les prestations de l'État en matière de retraites, de soins de santé et d'éducation, qui seront financées par une augmentation des impôts sur le revenu, la fortune et le secteur des mines. Le gouvernement renforcera également les réglementations en matière d'environnement et de travail.
Le PIB réel du Chili augmentera de 1,5 % en 2022, mais cette hausse reflète des effets de base, car le cycle de croissance économique a atteint un sommet au quatrième trimestre 2021. La base de comparaison élevée était due à une surchauffe de l'économie à la suite de mesures de soutien fiscal et de retraits possibles des pensions. Selon les analystes, le pays devrait connaître quatre trimestres consécutifs de contraction du PIB en 2022, au fur et à mesure que l'impulsion des retraits possibles des pensions et de la réouverture économique post-pandémie s'estompe, et que l'assainissement budgétaire, la politique monétaire contractionnaire, l'inflation élevée et l'incertitude politique pèsent sur la consommation privée et l'investissement.
La contraction devrait être plus marquée au second semestre 2022. La croissance économique mondiale ralentit, la politique monétaire contractionnaire entraîne des conditions de crédit plus défavorables et l'issue incertaine du projet de nouvelle constitution pèse sur la confiance des entreprises. Les mesures de soutien fiscal du gouvernement compenseront partiellement cette situation. Une escalade de la guerre Russie-Ukraine et un ralentissement économique plus important que prévu en Chine ou aux États-Unis constituent des risques de baisse de nos prévisions de croissance.
Selon les prévisions, la croissance du PIB réel devrait tourner autour de 0,2 % en 2023. L'économie devrait se redresser l’an prochain , en supposant, d'une part, que les perspectives politiques et stratégiques entraînent un regain de confiance des entreprises, et d'autre part, que les pressions inflationnistes s'atténuent, permettant à la Banque centrale du Chili de réduire le taux directeur pour soutenir la croissance économique.

 

 

Le gouvernement annonce un plan de relance économique

Début avril 2022, le gouvernement du président, Gabriel Boric, a annoncé un programme de relance économique de 3,73 milliards USD (1,1 % du PIB) visant la création d'emplois, l'investissement public et le soutien aux petites entreprises et aux autres secteurs qui souffrent encore des effets de la pandémie de covid-19. Bien qu'il soit peu probable que le programme stimule davantage la croissance - étant donné qu'il réaffecte les dépenses à l'intérieur du budget, plutôt que d'augmenter le total des dépenses - les mesures soutiendront la baisse des revenus des groupes les plus vulnérables et apaiseront les inquiétudes de la population quant à l'impact de l'inflation.
Le programme d'aide vise à compenser le frein à la consommation intérieure résultant de la hausse de l'inflation (alimentée par le conflit en Ukraine) en réaffectant les ressources prévues au budget. L'inflation annuelle a atteint 9,4 % en mars, contre 7,8 % en février. Le nouveau plan gouvernemental "Chile Apoya" (Soutien au Chili) prévoit 1,38 milliard USD pour la création d'emplois, 1,34 milliard USD pour les transferts directs aux familles les plus vulnérables et 1 milliard USD pour le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME).

Ce train de mesures prévoit une réaffectation des dépenses vers des mesures de soutien social plus importantes, plutôt que des dépenses supplémentaires qui nécessiteraient une nouvelle émission de titres de créance, et il aura donc un impact budgétaire limité. Selon le ministre des finances, Mario Marcel, le plan sera financé en partie par les 800 millions USD mis de côté dans le budget du secteur public de 2022 pour que l'administration puisse les utiliser librement, par des réaffectations budgétaires supplémentaires et par les fonds du « Fondo COVID 19 » de 12 milliards USD que le Congrès avait approuvé en décembre 2020.
Comme le programme n'implique pas de nouvelles dépenses, il est peu probable qu'il stimule une nouvelle croissance économique. Toutefois, la réaffectation des ressources en faveur de l’amélioration des revenus des groupes les plus vulnérables devrait apaiser les inquiétudes quant à l'impact de l'inflation. L'amélioration des perspectives de revenus du gouvernement joue en sa faveur, car une hausse des prix mondiaux du cuivre lui permettra d'augmenter les dépenses publiques. En outre, une version d'un cinquième projet de loi sur le retrait des pensions est sur la table ; son approbation stimulerait davantage la croissance. Bien que certaines de ces mesures, telles que le programme de subvention du carburant domestique, nécessitent l'approbation du Congrès, celles-ci devraient être mises en œuvre rapidement.

Source: The Economist Intelligence Unit - 20 avril 2022

Statistiques des échanges commerciaux avec la Wallonie (2021)
 

Exportations de la Wallonie vers le Chili
Pour l’année 2021, le Chili se classe au 46ème rang des clients de la Wallonie. C’est notre 6ème marché pour la zone Amériques, après les USA, le Canada, le Brésil, le Mexique, et l’Argentine, et devant, la Colombie et le Pérou.
La Wallonie a exporté vers le Chili pour un montant de 77,62 millions € en 2021, ce qui correspond à 0,15% du montant total des exportations wallonnes.

 

2018

2019

2020

2021

Variation

+11,7%

+12,9%

-22,1%

+34,0%

Au cours de cette période 2018-2021, les exportations wallonnes à destination du marché chilien enregistrent une augmentation constante, à l’exception de l’année 2020 au cours de laquelle elles affichent un repli de 22%.
La part de la Wallonie dans les exportations belges à destination du Chili est de 17,0% en 2021.

Ces 5 secteurs concentrent 84,5% des exportations wallonnes à destination du Chili. Ces 5 premiers postes sont tous en progression.

Section

Part

Variation

Produits alimentaires, boissons

39,6%

+29,6%

Chimie & pharmacie

23,6%

+18,0%

Machines et équipements

7,8%

+50,7%

Armes et munitions

6,9%

+756,3%

Matières plastiques

6,5%

+7,8%

Divers

15,6 %

 

 

Importations de la Wallonie depuis le Chili
En 2021, le Chili se positionne au 66ème rang des pays fournisseurs de la Wallonie. C’est notre 5ème fournisseur pour la zone Amériques, après les USA, le Canada, le Mexique et le Brésil et devant l’Argentine, l’Equateur et le Pérou. La part de ce pays dans le total des exportations wallonnes est de 0,01%.

 

2018

2019

2020

2021

Variation

+52,8%

-57,8%

+226,5%

-16,0%

Les importations wallonnes venant du Chili sont assez fluctuantes au cours des 4 dernières années, affichant successivement une forte hausse de 52,7% en 2018, un net recul de 57,76% en 2019, à nouveau une augmentation conséquente de 226,54% en 2020, suivi d’une baisse notable de 15,96% en 2021.

 

Le Chili fournit essentiellement à la Wallonie des machines et équipements ainsi que des produits alimentaires et du règne végétal (88%).

Section

Part

Variation

Machines et équipements

47,1%

-15,4%

Produits alimentaires

25,5%

-3,0%

Produits du règne végétal

15,6

+241,1

Matériel de transport

7,0%

-34,6%

Instruments d’optique et de précision

3,21%

-15,9%

Divers

1,6%

 

Balance commerciale de la Wallonie avec le Chili

La balance commerciale de la Wallonie avec le Chili est traditionnellement positive.

Retour en haut back to top