Le secteur minier

Les secteurs des mines, de l’Industrie agro-alimentaire, de l’énergie, des infrastructures (voies urbaines, interurbaines, hôpitaux, prisons) de la santé et la grande distribution continuent à être les secteurs porteurs par excellence. L’environnement est aussi devenu pour le pays un enjeu économique de premier plan. Le tourisme et les télécommunications présentent aussi de réelles opportunités. 

Le secteur minier continue à être l’un des piliers de l’économie chilienne. L’achat d’équipements représente jusqu’à 70 % des investissements du secteur. Les équipements de sécurité, la gestion des ressources, l’analyse-risques, la cartographie, le savoir-faire dans l’environnement et tous les services généraux associés tels que la restauration collective, sans oublier les services et les équipements liés à l’eau et à l’énergie sont autant d’opportunités d’affaires potentielles. 

Avec 30% du portfolio mondial de projets pour le secteur du cuivre, le Chili aura, dans les années à venir, une demande croissante en termes d’équipements et de solutions innovantes. 

Le secteur minier offre donc aux entreprises fournisseurs de grandes opportunités : 

  • Connaissance et technologie de l’eau
    La demande en eau augmente constamment et l’utilisation de l’eau de mer augmenterait les coûts de l’industrie 

  • Ingénierie
    Directement liée au portfolio de projet, la demande est de plus en plus grande, notamment en matière de contrôle des coûts.
     
  • Equipement « open-pit »
    L’industrie minière à ciel ouvert chilienne est la plus importante au monde. Le transport de charges lourdes ainsi que tous les services liés (pneus, maintenance, formation etc..) sont prisés.
     
  • Equipement souterrain
    Une grande partie de la technologie utilisée n’est pas développée localement.
     
  • Tapis roulant
    88% des produits sont importés ou fabriqués localement par des marques internationales.
     
  • Broyeur en acier
    95% du marché est fourni par des multinationales implantées au Chili.
     
  • Explosifs
    650 000 tonnes de nitrate d’ammonium sont achetées tous les ans au Chili.
     
  • Réactifs de flottation
     
  • Formation

Marché sans leader à l’heure actuelle avec une demande de plus en plus grande de la part des compagnies minières.

L'agro-industrie

L’agro-industrie est la 2ème industrie du Chili. Elle a développé plusieurs filières : pêche et aquaculture, vitivinicole, laitière, boulangerie. 

Les opportunités sont importantes pour 2 segments :

  • les produits fortement transformés et/ou à forte valeur ajoutée, comme les produits gourmets
  • les équipements et technologies pour l’industrie agro-alimentaire 

Le gouvernement chilien a lancé en 2016 un programme pour doubler l’exportation d’aliments d’ici 2025 :

  • 23% du total des exportations chiliennes provient des aliments
  • Les exportations d’aliments atteignent aujourd’hui 18 milliards USD
  • Le but à atteindre en 2025 : 32 milliards USD 

Le programme se centrera sur des “produits sains”, ajoutant de la valeur avec plus de connaissances et technologie. 

Un investissement de 75,6 millions USD est prévu -dont un tiers d’origine privée- pour une feuille de route qui prend en considération la chaîne de valeur complète des projets, depuis la recherche et le développement jusqu’au transport et emballage des exportations. 

Le pays affiche l’objectif ambitieux de devenir une puissance exportatrice alimentaire mondiale.

 

Le secteur énergétique

L’énergie est un secteur à la fois très concentré, concurrentiel et entièrement libéralisé depuis les années 1980. L’Etat n’intervient qu’au travers du ministère de l’Energie qui joue le rôle de régulateur. Les entreprises privées assurent ainsi la production, la transmission et la distribution de l’électricité du pays. 

Il existe quatre réseaux électriques et quelques producteurs indépendants. La génération électrique est assurée pour l’essentiel par le thermique et l’hydroélectricité. La société franco-belge ENGIE (ex GDF/SUEZ) a construit une ligne d’interconnexion entre le système du nord (SING) et celui du centre (SIC) ce qui permettra de disposer de plus d’énergie et d’offrir des possibilités aux sociétés qui souhaitent se développer dans le nord du Chili. 

Le nouveau système d’interconnexion électrique national qu’unifie le SING et le SIC a été mis en opération en novembre 2017. Cette structure couvre 3.100 km et s’étend de Arica à Chiloé et fournit l’électricité à plus de 97% de la population du pays- Il représente 99% de la capacité de génération installée, soit environ 24.000 MW. 

Les systèmes électriques de Aysén et de Magallanes, dans le sud du Chili, complètent le SING et le SIC. 

La génération électrique est assurée pour l’essentiel par l’hydroélectricité conventionnelle (31%), le thermique à charbon (21%), les unités à cycle combiné (gaz naturel (19%) ou diesel (18%), les ERNC (12,65%). L’éolien et le solaire représentent la majeure partie des ERNC. 

Les besoins énergétiques ont doublé au cours des 10 dernières années, et plus de 8.000 MW seront nécessaires d’ici 2020 pour faire face à la demande énergétique du pays. L’accroissement et la diversification du bouquet énergétique au Chili est donc une thématique prioritaire. 

Fin juin 2016, les ERNC de type biomasse, mini-hydro, éolien et solaire avaient une capacité installée de 2.550 MW, soit 12,65% du bouquet énergétique du Chili, un chiffre en constante progression ces dernières années. L’objectif des pouvoirs publics chiliens est que 20% de la production d’énergie provienne des ERNC d’ici 2025. Le recours aux énergies renouvelables non conventionnelles (ERNC) est donc une priorité des derniers gouvernements. 

Le gouvernement a lancé un Programme National pour développer l’industrie solaire « Transforma Solar » et profiter du désert d’Atacama qui bénéficie de la radiation la plus importante au  monde. Budget public-privé : 800 Millions USD. 

Des Opportunités à saisir : 

  • Le Chili a affiché son ambition de réduire les pertes d’énergie provenant de l’exploitation du réseau, mais aussi de diminuer les émissions de CO₂. L’efficience énergétique est devenue un objectif prioritaire du pays.
  • Les ERNC constituent un apport essentiel à la politique énergétique du Chili qui compte produire, d’ici 2050, environ 70% de son bouquet énergétique avec des ERNC.
  • À noter également qu’avec 6.400 Km de côtes, le Chili présente des conditions idéales pour devenir leader en matière d’énergie marine renouvelable. 

 

L'environnement

L’intégration du Chili au sein de l’OCDE et dans le commerce international suppose le respect de normes sanitaires et environnementales strictes. 

Engagementdu gouvernement chilien: réduire de 30% les GES (Gaz à effet de serre) pour 2030.

Le déficit énergétique chilien favorise les projets liés à la valorisation et à la gestion des déchets (biomasse et récupération du biogaz). 

Loi REP  (Responsabilité étendue du producteur - juin 2016) : le but est de diminuer les déchets, encourager le recyclage, intégrer les déchets ménagers, augmenter le recyclage de 10% à 30% en 5 ans. 

On estime que 99% des eaux usées sont traitées. 

Des Opportunités dans le secteur de l’environnement 

  • Traitement et potabilisation de l’eau
  • Centres de tri / Emballage
  • Plans de dépollution + monitoring de l’air
  • Traitement des eaux usées
  • Plus globalement, il y a beaucoup d’opportunités d’affaires dans la ville durable

Les infrastructures et les transports urbains

En 2015, le Forum Economique Mondial, a classé le Chili 4ème pays d’Amérique latine pour ses infrastructures, derrière le Panama, Porto Rico et le Mexique. Le marché des infrastructures représente 1/3 des investissements dans le secteur du BTP au Chili (les 2/3 restants étant des investissements privés). Les nombreux projets et chantiers actuellement en cours au Chili confirment la volonté des autorités de disposer d’infrastructures performantes et fiables, outils indispensables au maintien du dynamisme économique.

Depuis 1995 et la mise en service du tunnel El Melon (région de Valparaíso), l’Etat chilien privilégie les partenariats publics-privés sous forme de concessions pour le financement des travaux publics de grande envergure. 

Projets à suivre et opportunités: 

En 2016, le gouvernement chilien a décidé d’accorder un budget de 1,3 Milliards USD au Ministère des Transports. 

  • Métro de Santiago

La ligne 6 du métro de Santiago a été inaugurée en novembre 2017. La ligne 3 actuellement en construction devrait être inaugurée fin 2018. Les lignes 7 et 8 sont déjà en phase d’étude et les travaux devraient débuter dans le cadre du Masterplan Transantiago 2025. Le secteur des transports est de plus en plus lié à celui des énergies renouvelables puisqu’en mai 2016, le premier bus hybride a été inauguré et le Métro de Santiago a décidé que 60% de l’électricité consommée proviendrait des énergies solaires et éoliennes. 

  • Région de Santiago (RM)

La création de nouvelles lignes de trains régionaux sont prévues dans le cadre du Masterplan Transantiago 2025, en particulier entre Melipilla et Quinta Normal (61km), ainsi qu’entre Batuco et Quinta Normal (27km). Une ligne de transport (de type non déterminé) est également à l’étude entre le centre-ville et l’aéroport. Enfin, la ligne de téléphérique «bicentenaire » devrait être remise en service à Santiago entre la zone du Costanera Center et la Ciudad Empresarial (plan Chile 2030, montant de 76 Millions USD). 

  • Métro de Valparaíso

Augmentation de la capacité (achat de 15 nouveaux trains) ainsi qu’extensiondu tracé avec des stations supplémentairesdans les 5-6 prochaines années. 

  • Biotrén de Concepción: Extension du Biotrén jusque la ville de Coronel. Achat de nouveau trains en cours.
     
  • Iquique : construction d’un téléphérique

(plan Chile 2030, investissement de 40 millions USD). 

  • Infrastructures ferroviaires

Le plan triennal d’EFE (entreprise nationale chilienne des chemins de fer) pour la période 2017–2019 représente un budget de 520 millions USD, soit une diminution de 50% par rapport à ce qui avait été prévu pour le plan 2014–2016. Le plan prévoit l’achat de 12 nouveaux trains. 

  • Rénovation et agrandissement de l’aéroport international de Santiago (AMB)

Le projet prévoit un investissement de plus de 700 millions USD pour la création d’un nouveau terminal de 175.000 m2 qui accueillera 15.000 voyageurs supplémentaires d’ici 2020. La concession a été remportée par le groupe Nuevo Padahuel, composé des sociétés Aéroport de Paris, Vinci Airports et Astaldi Concessioni.

 

Les technologies de l’information et de la communication

En Amérique Latine, le Chili est l’un des pays qui possèdent les infrastructures en TI les plus développées et les meilleurs taux de pénétration de ces technologies au sein de sa population. L’inauguration, début 2015, du premier « Data center » de Google Amérique du Sud à Santiago illustre la dynamique du secteur des TIC au Chili. 

Pendant le premier trimestre 2017, les ventes du commerce électronique au Chili se sont élevées à 864 millions USD. En 2016, les ventes sont estimées à 3.074 USD. Les achats en ligne devraient peser plus de 5 milliards USD d’ici 2020. L’Amérique latine est la zone géographique qui connait les taux de croissance les plus élevés dans ce domaine. À l’échelle régionale, le cyber acheteur chilien est l’un des leaders d’Amérique latine. 

Opportunités d’affaires

Celles-ci se situent notamment dans les services à valeur ajoutée pour la téléphonie, la télévision numérique, l’audiovisuel, les systèmes bancaires et les cartes prépayées, les SIG (système d’information géographique, notamment pour la mine et les transports), la sécurité informatique, les nouvelles technologies telles que la RFID, etc. 

Des besoins particuliers existent aussi liés au développement des infrastructures et de la fibre optique, au renforcement des réseaux mobiles 3G et 4G, au renouvellement des antennes, des terminaux 3G et 4G, VAS, OTT, des solutions de Middleware, Cloud et de la sécurité informatique.

Le secteur de la santé et hospitalier

Le Chili peut se targuer de posséder un système de soins de santé au niveau de celui des pays membres  de l’OCDE, même si la part du secteur public est nettement moins importante. En 2016, Les dépenses de soins de santé représentaient  8,5 % du PIB chilien,  soit un cran en-dessous de la moyenne OCDE. La qualité des soins est également l’une des meilleures du continent sud-américain . Le gouvernement du président Piñera a décidé d’investir 10 milliards de dollars dans le secteur de la santé d’ici 2022, pour relever les défis en termes d’infrastructures et formation du personnel. De plus,  le marché chilien des produits pharmaceutiques figure parmi les plus dynamiques de la région avec une croissance annuelle d’environ 10 %. Autant d’opportunités à saisir par nos entreprises

En savoir +

Présentation du secteur de la santé et hospitalier au Chili

Le marché pharmaceutique

Le marché pharmaceutique est particulièrement dynamique au Chili : il est évalué à 2 milliards USD (soit une croissance de 8% par an). Avec une dépense moyenne annuelle du consommateur chilien en médicaments de 82 USD, le Chili est le 2ème consommateur de médicaments par habitant (après l’Argentine) dans la région. La distribution des médicaments est assurée par les 2.279 pharmacies du pays. 60 % d’entre elles appartiennent aux 3 principales chaînes pharmaceutiques (Cruz Verde, Fasa, Salcobrand) qui concentrent 95 % des ventes de médicaments au Chili. 

Opportunités d’affaires :

Des opportunités existent dans les équipements et services de télémédecineau regard de l’étendue du territoire chilien : les projets en cours de la Commission de télémédecine du ministère chilien de la Santé concernent directement la téléspirométrie, la télécardiologie et la télénéphrologie. D’autres projets sont également à l’étude comme la téléophtalmologie et le télémonitoring à domicile. Par ailleurs, dans un contexte d’accroissement accéléré des indices de vieillissement et de dépendance de la population chilienne, les seniors de plus de 65 ans représentent 10 % de la population chilienne. Des besoins existent aussi dans le secteur de la « Silver Economy ».

Le tourisme

L’industrie touristique est en plein développement : augmentation du nombre de touristes, extension de l’offre hôtelière et boom du modèle « low cost » dans le transport aérien. D’après Fedetur (Fédération des entreprises de tourisme) le secteur touristique aurait contribué à hauteur de 10,1% du PIB en 2016. 

Le guide Lonely Planet a choisi le Chili comme la meilleure destination touristique 2018 et le Chili a aussi été nommé comme la meilleure destination de tourisme aventure 2017 pendant les World Travel Awards 2017. 

Opportunités d’affaires

Les opportunités à saisir sont nombreuses : Il existe une carence en hôtels de gamme moyenne et en hôtels en dehors de la Région métropolitaine. Les infrastructures sont encore insuffisantes pour développer le tourisme d’affaires (centres de convention et de congrès de dimension internationale).

 

Source : AWEX-Santiago

Le secteur audiovisuel

Le secteur de l’audiovisuel (radio, télévision, cinéma et productions Web) est en plein développement au Chili. Les productions chiliennes sont effectivement en croissance quantitative et qualitative et commencent à gagner en popularité sur la scène internationale. En 2016, les importations chiliennes de médias audiovisuels et interactifs représentaient 26,2% des importations totales de produits culturels.  Le Chili possède des accords bilatéraux avec plusieurs pays en matière de coproduction cinématographique et/ou audiovisuelle, notamment avec la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce partenariat permet de faciliter les échanges, les co-productions et l’accès mutuels aux deux marchés. Cela ne concerne pas que la cinématographie, mais également les productions télévisuelles, les web séries, etc. Cet accord est le premier entre un pays d’Amérique Latine et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les opportunités à saisir sont donc nombreuses.

En savoir +

Présentation du secteur de l'audiovisuel au Chili

Retour en haut back to top