Selon les statistiques les plus récentes de la Banque Nationale de Belgique, le montant des exportations wallonnes a atteint 47,3 milliards € en 2020, ce qui sans surprise dans le contexte de crise sanitaire déclenchée par le coronavirus représente un recul de 5,3% par rapport à 2019. Ce taux de décroissance est le plus mauvais bilan annuel de notre commerce extérieur depuis l’année 2009 qui avait été affectée par la crise financière des « subprimes », mais l’ampleur du repli de nos exportations à l’époque avait été trois fois plus important (-15,1%) qu’en 2020.

Après un 1er trimestre 2020 où les exportations wallonnes enregistraient encore une augmentation appréciable de 6,5%, celles-ci ont subi de plein fouet au 2ème trimestre les conséquences de la pandémie mondiale en chutant de 13,0%.  Cela traduit essentiellement la sensible diminution de nos exportations en avril (-24,3%) et en mai (-12,9%) provoquée par les mesures de confinement drastiques imposées lors de ces deux mois.  Le contexte de confinement a considérablement réduit l’activité des entreprises wallonnes, d’une part par leur impact négatif sur la demande par une forte dégradation des commandes internationales et, d’autre part, sur l’offre via l’interruption de la production chez les fournisseurs et l’immobilisation forcée des capacités de production et des forces de travail.

Suite à la levée progressive des mesures de confinement qui ont amélioré les perspectives de croissance sur les marchés internationaux, les exportations wallonnes ont amorcé un redressement en juin et juillet en ne se repliant que de 3,0% sur ces deux mois. Toutefois, la tendance baissière s’est poursuivie au troisième trimestre (-7,0%) et quatrième trimestre (-7,3%) avec la recrudescence de la pandémie à l’automne, laquelle a amené de nombreux pays européens à rétablir des mesures de confinement qui ont miné les espoirs d’une relance vigoureuse pour les exportateurs wallons.

Selon l’OMC, les échanges internationaux de marchandises ont régressé de 7,4% en 2020. Une telle dégringolade du commerce à l’échelle de la planète ne s’était plus produite depuis 2009
(-22,7%). Les causes en sont la détérioration abrupte de la confiance des agents économiques et le choc brutal sur les activités de production et de consommation entraînés par les confinements et restrictions, principalement dans le groupe des pays dits avancés de l’OCDE. Le redémarrage rapide de l’économie chinoise et les mesures de soutien budgétaire d’une envergure sans précédent pour maintenir le pouvoir d’achat des ménages et la viabilité des entreprises ont permis de fortement limiter les dommages économiques engendrés par le coronavirus. Cependant, malgré ces facteurs positifs et la réactivité des pouvoirs publics, le PIB mondial aurait reculé de 3,3% en 2020 selon le FMI, ce qui représente la contraction la plus sévère depuis la Seconde Guerre mondiale.

En dépit de leur baisse de régime, les résultats à l’exportation de la Wallonie en 2020 ont été moins mauvais que les scores enregistrés par les échanges extérieurs des régions européennes qui composent notre panier habituel de comparaison (Flandre, Allemagne, Pays-Bas, France et Euro19).  En effet, alors que notre commerce extérieur s’est replié de 5,3% en 2020, les exportations de ce panel de référents ont inscrit dans l’ensemble une régression moyenne de 9,2% l’année dernière. Sur un plan individuel, la Wallonie se positionne devant les résultats à l’exportation de la zone Euro19 qui a affiché une diminution de 9,0%, tandis que les taux de décroissance sont de 5,6% pour la Flandre, de 5,9% pour les Pays-Bas, de 9,3% pour l’Allemagne et de 15,9% pour la France.

 

Retour en haut back to top